Pointe St Gildas, sémaphore et musée

Pointe St Gildas, sémaphore et musée,

Une petite visite s’impose à cette belle lande de terre, protégée pour notre bonheur. Je veux parler de la « Pointe Saint Gildas », située sur la commune de Préfailles. Département de Loire Atlantique (44 pour les Dummies) entre Pornic et Saint Brévin. Pour s’y rendre, une fois le pont de Saint Nazaire franchi, en direction du Sud, suivez la Route Bleue. Après Saint Michel Chef Chef, sortie en direction de la Pointe Saint Gildas, puis « Article 22 ».

L'accès réglementé du site

L’accès réglementé du site

Le sémaphore, phare et musée depuis 2004

Le sémaphore, phare et musée depuis 2004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne vais pas vous décrire de nouveau son histoire, évoquée lors d’un article précèdent. Il suffit de cliquez ici, https://headlight44.fr/la-pointe-st-gildas/

Ce site est un ancien poste de guet surveillant d’éventuelles venues d’envahisseurs. Sous Louis XIV, existaient des « milices de gardes côtes » en chargent de ces activités.

Vue générale du sémaphore vers 1900

Vue générale du sémaphore vers 1900

Vue sur la mât sémaphorique

Vue sur la mât sémaphorique

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sémaphore lui, date d’environ 1862, jusque dans les années 1930, il fut remplacé par la TSF en pleine évolution depuis la première mondiale.

Salle de transmission morse

Salle de transmission morse

Poste électro-sémaphorique morse

Poste électro-sémaphorique morse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est phare depuis 1941, une des rares choses utiles que nos envahisseurs ont fait édifier. De la « récup » bien sûr, la lanterne du Cap Gris Nez refixée sur « une verrue » en béton. Éteint ensuite après la guerre, puis de nouveau allumé en 1958 sous la pression locale, avec un logement pour le(s) gardien(s).

Salle de Guet

Salle de Guet

La lanterne sur le sommet

La lanterne sur le sommet

 

 

 

 

 

 

 

 

Le musée,

Celui-ci et beaucoup d’autres équipements, doivent leur existence à une poignée de passionnés locaux. Lors de l’automatisation du phare, bien sûr tout est parti à l’égaillé, ceux-ci se sont battus pour sa sauvegarde. Une association existe, « Les amis du Sémaphore ». Ils valorisent le site, veillent aux travaux, effectuent des recherches documentaires et organisent des conférences, et j’en passe…

Des expositions permanentes et temporaires s’égrènent aux fil des salles. Un accueil souriant et amical de l’équipe de Stéphane Brégeon, passionné, vous mettra de suite à l’aise.

La salle des Loupiotes

La salle des Loupiotes

On ne se lasse pas de Mr Fresnel

On ne se lasse pas de Mr Augustin Fresnel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La première salle vous parle d’éclairage et une belle collection de loupiotes. Vous pouvez admirer des ampoules de 6000 Watts anciennes, à la moderne LED* de 80 Watts équipant l’actuelle lanterne. Une autre salle pédagogique multimédia pour les plus jeunes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite nous avons la salle des naufrages de l’Estuaire de la Loire, vous pouvez retrouver des maquettes de navires tristement célèbres comme, Le Maidstone, Le Juste, Saint Philibert ou plus récemment le Lancastria. Ce dernier coulé le 17 juin 1940, emportant des milliers de passagers. Ce navire transportant environ 9000 passagers, coula dans la Baie de Bourgneuf, bombardé par l’aviation ennemie. Le bilan 6000 victimes, et pourtant l’histoire ne retiendra que le nom du Titanic… Aussi injuste que la date du 22 août 1914…

Une autre grande salle consacré à l’histoire des sémaphores et notamment celui de la Pointe Saint Gildas. Histoire très documentée et complète.

Décodage Morse et électro-Sémaphore

Décodage Morse et électro-Sémaphore

La salle des Loupiotes

La salle des Loupiotes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’extérieur du site,

Sur la terrasse lorsqu’elle est accessible, une vue magnifique à 360°.

Baie de Bourgneuf plein Sud-Ouest

Baie de Bourgneuf plein Sud-Ouest

La même plein Ouest

La même plein Ouest

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne pas oublier non plus les expositions temporaires, et les conférences tout au long de l’année.

Voila merci d’avoir pris le temps de lire ce petit article, représentant qu’un minuscule aperçu des connaissances apporté par ce musée. Animé par des passionnés et soutenu par la région et l’agglomération de Pornic.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Futur proche,

Concernant les phares et bateau-phares. Chaque année en tant que Radio-Amateur et passionné de phare, je participe à la fête de ceux-ci.

Chaque troisième week-end du mois d’Août, depuis 25 ans afin de faire connaitre les phares du monde entier, des activités radio sont organisées. Crée par des gardiens de phares écossais afin de sensibiliser les pouvoir publics, sur la dégradations de ces monuments. Il s’agit de l’ILLW (clic clac)

Lorsque nous le pouvons nous émettons de l’intérieur d’un phare (en accord avec les autorités) où dans les abords immédiats. Cette année nous serons deux Radio-Amateurs Français, activant un phare Français. L’an dernier 516 stations Radio-amateurs dans le monde ont participé ……… une seule équipe Française, La nôtre.

*LED ou DEL, Light-Emitting Diode en anglais, ou Diode Electro-Luminescente en français,

Activation, phare du Pilier

Activation, phare du Pilier,

Nouvelle activation radio de ce mois de juin et, c’est une première, il fait beau et presque chaud. Cela va faire rire nos amis du Sud mais, 20° en pleine mer, c’est super FB. Nous ne reviendrons pas sur l’historique de cette île et des deux phares. Il vous suffit de cliquer sur le lien en fin de cet article.

Petite présentation et caractéristiques de la Bête. L’île du Pilier est située dans la Baie de Bourgneuf. Face à Pornic, à 11 miles nautiques, à 7,5 miles de la Pointe St Gildas, en Loire Atlantique. Elle est située en Vendée au Nord de l’île de Noirmoutier, à 4 miles nautiques du port de l’Herbaudière.

Ses coordonnées sont L = 47° 02’6 N et G = 002° 21’6 W, bien sûr le locator est IN87TA. Celui-ci est rare car situé en pleine mer et super pour mes copains pratiquant les VHF et UHF.

Références possibles, PB032 pour le DPLF et Wlota 0622 et FRA 396 référencé à l’ARLHS. Si vous avez un trou de mémoire concernant ces sites. Un allez rapide sur votre moteur de recherche favori vous aidera.

Ile de Noirmoutier et l'île du Pilier

Ile de Noirmoutier et l’île du Pilier

Ah! J’oubliais, c’est aussi un IOTA, avec la référence EU-064 comme l’île de Noirmoutier d’ailleurs.

La route,

Pour se rendre sur l’île du pilier, trois routes possibles. La plus courte, mettre à l’eau votre bateau dans le port de l’Herbaudière situé en face, environ deux miles nautiques. A condition d’habiter dans le coin. Autre route, en partant de la Pointe St Gildas situé au Nordest de l’île à environ 8 miles nautiques. Dernière route possible, que j’ai d’ailleurs utilisée, partir de Pornic situé à l’Est de l’île et la plus longue route maritime, 11 miles nautiques. Sinon c’est 60 kms de plus par la route quand on habite dans le Nord d la Loire Atlantique.

Rotation du lundi bateau des Phares et Balises

Rotation du lundi, bateau des Phares et Balises

Mer belle, passage dans le chenal de la Grise

Mer belle, passage dans le chenal de la Grise

 

Aujourd’hui les conditions météo marine sont bonnes, vent de Nord-Est de force 2, celle-ci se gâtera en fin d’après-midi comme d’ habitude avec la bascule de marée et l’arrivée des thermiques. Des creux de 1 à 1,5 mètres vers 17h00. La route est simple de Pornic, 9 miles au 245°, je laisse la « Basse des Pères » et la « Basse Martroger au Sud » jusqu’à « La Passe de la grise » et ensuite au 315° sur 1,5 miles nautiques afin d’arriver sur la jetée du Pilier. Ainsi j’évite les récifs de « La Servante », Les bancs du  « Petit et Grand Sécé ».

Bien sûr l’on peut toujours couper en travers, mais même avec mon faible tirant d’eau, je respecte la cartographie crée par nos Anciens. De toutes la façons même si j’étais arrivé plus tôt, je me devais d’attendre la rotation des Phares et Balises qui ce lundi matin déposait les équipes et matériels pour la rénovation du phare. Un des membres du navire me demande gentiment si, je peux patienter. Bien sûr que « oui », c’est demandé si gentiment. De plus, je suis en congé, eux travaillent.

La cale d'accès à l'île du Pilier

La cale d’accès à l’île du Pilier

Marée Basse, coefficient 62, surveillez bien vos amarres

Marée Basse, coefficient 62, surveillez bien vos amarres

 

 

 

 

 

 

 

Le pourquoi, du comment,

J’ai choisi volontairement ce jour afin d’activer le « Phare du Pilier », pour deux raisons, le vent favorable et le coefficient de marée de 62 (mortes eaux). Sur tous les ouvrages nautiques l’on vous conseille des marées inférieure à 80, après c’est plus rock’n roll et vous risquez de casser quelque chose. Vous risquez aussi comme votre serviteur de percer le bateau pneumatique comme sur le « Grand Charpentier » lors d’une marée de 84.

Autre conseil, la cale ne sert qu’a décharger le matériel et passagers donc, pensez à dégager votre navire si d’autres accostent. Enfin pour terminer, surveillez vos amarres au fil de la marée descendante, sinon vous risquer de rompre du matériel, il suffit de regarder le marnage entre BM et PM…

Il ne reste plus qu’à décharger le matériel avec précaution car la cale est glissante et les pavés inégaux.

Installation de la station HF, VHF et UHF sur la jetée

Installation de la station HF, VHF et UHF sur la jetée

Nous ne sommes pas seuls, une Tadorne de Bellon

Nous ne sommes pas seuls, une Tadorne de Bellon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A pied d’œuvre,

Je choisis de rester sur la jetée avec la station. Le côté positif est que je peux trafiquer plus longtemps que d’habitude car c’est une île et donc la mer ne viendra pas recouvrir celle-ci. Cool non ! Pour une fois. De plus, je met en route la station APRS, F5OHH-8 afin de montrer aux Oms et Yls, qui m’attendent, que je suis bien sur l’île. Certains me disent, « ça sert à quoi l’Aprs » et bien en voila un exemple…

Un guignol à table

Un guignol à table

Encore un guignol

Encore un guignol

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme d’habitude, je commence les contacts vers 11h30 après avoir monté les antennes pendant une bonne heure. Ce sera la série VHF, 144.244 en SSB avec les copains habituels du 44, 85, 49 et 17. Une 4 éléments finalement est utilisée car la Bigwheel me gène pendant le transport avec ses 1,20m d’envergure. En revanche pour la partie UHF, 432.244, j’utilise une BigWheel qui tient dans une boite compte-tenu de sa taille réduite en 432.Mauvaise propagation ce jour-là donc, des qso à courte distance, le plus loin sera Angers.

Côté HF je suis attendu et le Pile-up démarre immédiatement, c’est une référence rare et donc recherchée. De plus c’est aussi un Iota comme précisé plus haut.

Après une heure de QSO je décide d’aller prendre des clichés du phare situé à environ 500 mètres de là. Mais j’ai un obstacle de taille, le oiseaux sont des milliers sur cette île, j’ai de la chance je suis côté goélands, malgré tout je reste méfiants. De l’autre côte ce sont les cormorans et là c’est plus risqué. Je pars à pieds en direction du phare, le cirque commence, les goélands tournent et piquent sur moi tel la « Lutwaffe » sur une colonne de réfugiés civils. Des fientes s’écrasent de tous côtés et ils foncent carrément sur moi, le vacarme est assourdissant.

Un conseil, que d’ailleurs vous ne suivrez, n’amenez pas d’enfant sur ce genre d’endroit. Un moyen de se prémunir des soucis est de prendre sa casquette et de la faire virevolter au-dessus de sa tête. Vachement pratique sur 500 mètres, heureusement vous êtes seuls, mais ça fait guignol, hihihi.

Les deux tours,

Au pieds des deux phares c’est calme, le compresseur des techniciens est en route car ils sablent le phare. Le tour du feu auxiliaire en fer est déposée pour restauration. Un autre technicien rénove les fenêtres comme il peut. La mer est impitoyable et détruit tout. Jean-Jacques le chef d’équipe me permet de rentrer dans la cuisine du phare et nous discutons phares pendant qu’il prépare le repas de ce lundi midi. Une discussion très riche comme on aimerait en avoir plus souvent. Finalement je passe du temps avec eux, pendant leur pause méridienne, pas question de les déranger. Il m’a promis d’aller sur mon site, regarder les photos de phares prisent par mes soins.

Je prends congé et le remercie pour tout, retourne sur ma jetée en compagnie de mes drôles d’oiseaux, toujours aussi agressifs, en même temps ils sont chez eux.

Qu'il est loin ce phare...

Qu’il est loin ce phare…

Sauvage dans tous les sens du terme

Sauvage dans tous les sens du terme

 

 

 

 

 

 

 

 

De retour sur ma jetée, je reprends mes contacts radio, même si la propagation n’y est pas j’ai de bons 59/59+ sur l’axe Ouest/Est. je fais de nombreux Belges et Allemands. J’en profite pour faire un « Coucou » à mon ami Patrice « F-11579 » qui est à l’écoute, fidèle à chacune de mes expéditions. Il me suis sur l’aprs et les deux clichés en fin d’article sont de lui.

Le vacarme s’est calmé et les oiseaux se rendent compte que je reste sur ma jetée, en revanche ils me surveillent en permanence.

Fin d’après-midi,

Vers 17h00, je commence à fatiguer et décide de commencer à ranger le matériel, d’autant plus que le vent se lève et la mer se creuse comme ils l’avaient prévus. Les « thermiques » sont là, comme souvent l’après-midi. Je ne me presse pas car le bateau repose sur le sable, et donc je ne peux le reprendre pour le moment, je dois attendre que la mer remonte.

Vue du large

Vue du large

Ils ne sont pas beaux ces phares ? Hein !

Ils ne sont pas beaux ces phares ? Hein !

 

 

 

 

 

 

 

 

Je repars vers 18h00, mais là je ne taperai pas 20 nœuds comme à l’aller. J’ai des creux de 1 à 1,5 mètres et le petit Bombard se dandine sur les crête de vagues. Je reprend le « Chenal de la Grise » et met le cap sur « La Pierre Moine » que je ne vois pas encore. Je suis dans un courant favorable, parfois ma vitesse passe de 7 à 18 nœuds d’un seul coup sur le sommet des vagues. Tout est parfois, le matériel radio est à l’abri dans des valises, achetées chez un grossiste du bâtiment, elles ne sont pas étanches mais protègent des projections d’eau de mer.

Après mon tour de manège, j’aperçois le port de la Noveillard de Pornic et dépasse la Balise Notre-Dame. Il est 19h30 lorsque j’arrive sur le musoir de Gourmalon.

Voila, 60 QSO réalisés, même si je ne suis pas sorti de l’Europe, le résultat est superbe, pour moi. Il vaut mieux, « un tient que deux tu auras ». Je suis content de faire des heureux, que ce sois les chasseurs de phares, de locators, de départements etc…

L’essentiel est de se faire plaisir, Isn’t it ?

 

Matériel utilisé: Yaesu FT897 + FC30, Antenne VHF Yagi 4 éléments, Antenne UHF BigWheel, Antenne HF, comme d’habitude l’excellente COMET CHA250B, Une batterie marine décharge lente de 108Ah, un Booster MFJ pour le maintien de la tension, un tripode télescopique, une station aprs de chez Byonics, une chaise, une table, la marque de bière je n’ai pas le droit de la citer, simplement je peux dire que l’année est inscrite en gros sur les boites ou bouteilles….

Capture d'écran APRS de Patrice F11579

Capture d’écran APRS de Patrice F11579

Capture d'écran APRS de Patrice F11579

Capture d’écran APRS de Patrice F11579

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout. Pour retourner sur l’histoire de ce phare cliquez ici, merci.

 

Merci Monsieur Hergé de nous donner le goût du voyage et de l'action

Merci Monsieur Hergé de nous donner le goût du voyage et de l’action