La Tourelle des Morées

La tourelle de Morées

La Tourelle des Morées. Connais pas ! Elle vient d’où celle-là ? Elle vient de loin, nous devons retourner pas mal en arrière dans le temps pour visualiser ses origines.

Retournons (une fois de plus) dans l’estuaire de la Loire, car c’est dans celui-ci quelle se dresse fièrement. En plein milieu de celui-ci d’ailleurs, de plus tout le monde s’en fout, pourtant des milliers de navires la frôlent chaque année sans y prêter le moindre œil bienveillant. Pourtant elle leur sauve la vie chaque jour. Oui ! Je sais ! Ce n’est qu’un tas de pierres dans le fond…Il ne manquerai plus quelle ait une âme…

C’est un peu comme les gens que l’on croise sans les voir. Exemple les techniciens qui entretiennent nos routes ou ouvrages sur celles-ci. Ils travaillent, mais, gênent « Le Caisseux » qui n’a pas de temps à perdre pour aller à son hypermarché fétiche…Faire la queue pendant dix minutes à la caisse.

Mais revenons à notre sujet du jour, « La Tourelles des Morées ». Construite entre 1756 et 1777. Eh, oui ! Toujours en service en 2020. Ce serait d’après certains « experts » l’une des première tourelle en pierre de taille, construite au milieu de l’eau de France…

La Tourelle des Morées, Elle est derrière le phare de "Villès-Martin" et ce tanker, il suffit d'attendre

La Tourelle des Morées, Elle est derrière le phare de « Villès-Martin » et ce tanker, il suffit d’attendre

Ça y est, la voici sur le côté tribord du chenal de "Bonne Anse"

Ça y est, la voici sur le côté tribord du chenal de « Bonne Anse »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au 17ème siècle, les grands ports français se développent au regard du trafic des navires hauturiers venant des Iles d’Amérique et colonies.Les malheureuses perches et pieux en bois d’orme ou de frêne, peu visibles, à la merci de la première tempête, ne suffisent plus.

Les armateurs veulent plus de garanties pour assurer la sécurité de leurs navires et leurs précieuses cargaisons d’or, d’étoffes princières, de bois précieux ou d’humains.Ils espèrent de robustes balises en pierre dont, la position parfaite détermine des alignements sûrs.

Les choses sérieuses commencent,

En 1694, Vauban (encore lui) demande la construction de deux tourelles dans l’estuaire du Trieux et deux autres dans l’ Aber-Wrac’h. Ensuite l’un des premiers programmes de balisage étudiés pour l’ensemble d’une zone et relevant d’une autorité gouvernementale est celui de Pelletier et concerne donc, la basse Loire. En 1747, cet ingénieur géographe au service du « Duc de Penthièvre » rédige un mémoire présentant les moyens de rendre ce fleuve navigable jusqu’à Nantes sans risque d’échouage. Pour baliser et matérialiser cette route et la rendre sûre, il propose l’installation de plusieurs balises et la construction d’un fanal sur le rocher des Morées qui barre l’accès au chenal. Son ambitieux projet ne verra par le jour, les États de Bretagne s’y opposent. La région se trouve sous la gestion d’Armand-Louis Vignerot, duc d’Aiguillon, de 1753 à 1768, il s’efforce de rendre la navigation dans l’estuaire plus sûre.

La tourelle des Morées sous sa forme définitive depuis 1777

La tourelle des Morées sous sa forme définitive depuis 1777

Villès-Martin premier feu à éclats de France face aux Morées

Villès-Martin premier feu à éclats de France face aux Morées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois tours émergent,

Sur sa demande, l’ingénieur Magin réalise des études hydrographiques préalables, afin de faire ériger trois édifices. Les tours à terre de l’Aiguillon, du Commerce, l’alignement des deux ouvrages permettra d’éviter le banc des Charpentier. Enfin le troisième, la balise en bois des Morées. Les trois ouvrages seront terminés en 1756.

Huit années plus tard (1764) le balise des Morées est déjà détruite. Le 17 septembre de la même année, l’amirauté demande sa reconstruction. Elle fait procéder à l’installation de feux sur les deux autres. Finalement en 1777, ils décident de renforcer la balise des Morées et de construire une robuste tourelle en pierre de granit. C’est un travail d’orfèvre les pierres sont assemblées sans ciment, ni liant quelconque. Les pierres sont maintenues ensembles par des « Crampons » ou des « Crossettes ». Les caractéristiques physiques sont une embase circulaire de 6 mètres de diamètre.

Tour du Commerce

Tour du Commerce

Phare de l'Aiguillon, St Nazaire

Phare de l’Aiguillon, St Nazaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1893, compte-tenu de l’accroissement du trafic, le tonnage des navires et le déplacement de nouveau du chenal, il devient nécessaire de renforcer l’éclairage de celui-ci. La tourelle se renforce et prend de la hauteur afin de recevoir un feu permanent à l’huile minérale. La hauteur passe à 12 mètres. La tourelle sera lumineuse à partir du 14 mai 1893. En complément une dizaine de bouées lumineuses alimentées pas le même combustible complète le système lumineux. Une usine à gaz d’huile est construite à St Nazaire afin d’alimenter le système d’éclairage du chenal. Dans les années 1890/1893 le service des phares et balises expérimente un système d’éclairage à gaz d’acétylène. Un essai sera fait sur « Les Morées », son feu fonctionnera pendant plus de 150 jours et nuits consécutifs sans intervention humaine. Le fanal devient automatique. En 1933, la tourelle passe à l’éclairage au gaz propane par l’adjonction d’un réservoir.

Voila, de nos jours (fin 2020) vous pouvez apercevoir cette petite tourelle, de couleur verte, depuis le plage de Villès-Martin à Saint-Nazaire où, de l’autre côté de l’estuaire sur la commune de Saint-Brévin l’Océan.

Et pour terminer,

Merci d’avoir lu cet article. Pour les Radio-Amateurs, cette tourelle ne compte ni pour le WLOTA, ni pour le DPLF, en revanche pour l’ARLHS elle porte un numéro. Le diplôme des phare du littoral français, précise qu’elle devrait avoir une optique de 8 miles nautiques minimum, ou sinon avoir une hauteur de plus de 15 mètres. Pour le Wlota, le minimum de l’optique demandé est de 10 miles nautiques de portée. Elle n’est donc pas dans leur liste.

Actuellement la portée optiques est de 4 miles pour le rouge et de 6 miles pour le blanc. 3 flashs pendant 12 secondes.

Quelques ressources et divers écrits utiles dans mes recherches: Vous pouvez cliquer ici

Écluse « EST » de Saint-Nazaire

Ecluse « EST » de Saint-Nazaire

Un petit fanal qui se situe sur le port de Saint-Nazaire près de cette écluse connue des chalutiers (le peu qu’il en reste) et de rares plaisanciers. Ce fanal indique l’entrée de l’écluse à ces navires, la nuit tombée. D’un point de vue historique peu de chose, hormis le 28 mars 1942 où un fait de guerre eut lieu à cet endroit. Cet acte héroïque à permis d’orienter la guerre navale entre nos ennemis et les alliés, à partir de cette date en Atlantique.

Ancienne entrée du bassin de Saint-Nazaire et écluse fortifiée

Ancienne entrée du bassin de Saint-Nazaire et écluse fortifiée

Fanal de l'entrée "EST" aujourd’hui

Fanal de l’entrée « EST » aujourd’hui

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ancienne écluse fortifiée et l'actuelle

L’ancienne écluse fortifiée et l’actuelle

La même avec les 14 alvéoles des U-Boots dans le fond

La même avec les 14 alvéoles des U-Boots dans le fond

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes à la fin de l’année 1941, pour les Britanniques, maîtres des océans depuis une éternité, les temps sont durs. Malgré le succès sur le cuirassé « Bismarck » terreur des mers, en Mai 1941 au pris de très lourdes pertes, dont le cuirassé « Hood » fleuron de l’armada anglaise et coulé in-extrémis aux portes du port de Brest. Les pertes de navires passent du simple au double et pour la première fois de leur histoire, les alliés ont plus de pertes, en tonnages, que de navires sortant des chantiers navals Anglais et Canadiens. Les « Loups de l’Amiral », cuirassés et croiseurs font des dégâts considérables sur les océans. Nos ennemis possèdent cinq ports bétonnés en France qui abritent des U-Boots et navires de guerre, dont Saint-Nazaire.

Cerise sur le gâteau, si je puis dire, l’escadre allemand constituée des croiseurs Scharnhorst, Gneisenau et du croiseur lourd Prinz Eugen, a regagnée l’Allemagne le 13 février 1942 en traversant la Manche en plein jour, sans souci. Aucune force navale étranger n’avait osée s’aventurer dans le « British Channel » depuis le 17ème siècle.  Autre crainte des anglais, le cuirassé « Tirpitz » sister-ship du Bismarck est terminé, il risque de descendre de la mer Baltique vers l’Atlantique afin de semer la pagaille dans les convois alliées.

Vue aérienne du port de St Nazaire en 1942 avant intervention

Vue aérienne du port de St Nazaire en 1942 avant intervention

La flèche indique la cale "Normandie" et l'écluse Est

La flèche indique la cale « Normandie » et l’écluse Est

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lieu stratégique,

Le seul endroit ou ces navires de guerre pourraient effectuer des réparations, c’est le port de Saint-Nazaire. Il possède une cale acceptant des navires de plus de 300 mètres de longueur. Dans cette cale, la construction du paquebot « Normandie » et le cuirassé « Jean bart ». Les forces anglaises se doivent d’intervenir et donc de détruire ou bloquer l’entrée de cette cale. Ce sera « l’opération Chariot » qui interviendra le 28 mars 1942.

La porte de la Cale "Normandie" appelée "Forme Joubert" à ce jour

La porte de la Cale « Normandie » appelée « Forme Joubert » à ce jour

Cette même entrée de cale le 28 mars 1942 et 4 tonnes d'explosifs

Cette même entrée de cale le 28 mars 1942 et 4 tonnes d’explosifs

 

 

 

 

 

 

 

 

Donc le 26 mars 1942 une flottille composé d’un vieux destroyer « Le Campbelltown » chargé de 4 tonnes d’explosifs, deux autres destroyers et seize vedettes qui transportera les commandos. En tout 611 hommes. Malgré quelques péripéties, ratés allemands et chance pour les assaillants, le Campbelltown s’encastrera à 1h34 du matin dans la porte de la forme-écluse à 20 nœuds de vitesse. Il ne sautera pas immédiatement. Les commandos anglais eux débarquent sur le vieux môle afin de détruire les installations portuaires.

Les pertes seront lourdes des deux côtés. Le vieux destroyer explosera seulement 4 heures plus tard, lors de l’inspection des officiers supérieurs allemands. De nombreuses victimes, de nos envahisseurs et de Français venus par curiosité. Des débris humains furent retrouvés dans un rayon de plus de deux kilomètres.

Les installations furent inopérantes jusqu’à la fin du conflit. Les U-Boots durent utiliser la vieille écluse de l’EST. Cette opération fut un grand succès malgré les pertes sévères.

De nos jours,

En 2015 ce petit fanal est toujours présent, construit en matériaux métalliques d’une hauteur de 9 mètres et d’une portée optique de 9 miles nautiques, 3 éclats rouges toutes les 12 secondes. Sa position 47° 16′ 5″N et 002° 11′ 80″ W.

De par sa constitution, ce fanal, rentre dans le cadre de l’ARLHS, du DPLF et le DOHF*. Donc il peut-être activé par des Radio-amateurs sous la référence PB352. Pour le DOHF concernant « l’écluse Est » elle porte le numéro DOHF 44-EC-157.

Pourquoi, les Radio-Amateurs activent des phares et des écluses ?  Bien c’est très simple. D’une part cela permet de faire connaitre le patrimoine de notre pays, région et ville. D’autre part communiquer avec des Radio-Amateurs du monde entier et faire découvrir nos ouvrages, ce qu’ils font aussi. Ensuite faire découvrir notre passion auprès du public chaland et bien sûr prendre l’air et faire de la radio par tous les temps.

Je ne suis pas historien, simplement un modeste passionné et curieux. Merci d’avoir lu cet article.

C'est beau un phare à la tombée du jour

C’est beau un phare à la tombée du jour

Il n'est pas beau ce pont ?

Il n’est pas beau ce pont ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Tintin, Haddock et Milou à Saint-Nazaire

Tintin, Haddock et Milou à Saint-Nazaire

 

*DOHF Diplôme des Ouvrages Hydrauliques de France

Je me suis permis d’emprunter les images en noir et blanc sur le site: http://www.2eguerremondiale.fr/evenements/front_ouest/operation_chariot/