La Tourelle du Pignon

La Tourelle du Pignon, dans le Morbihan (56), voila un monument fort sympathique au milieu de la rivière Penerf. Où ?  Dans l’extrême sud/ouest du département, à la frontière avec le département de la Loire-Atlantique. Par la route, sur l’axe Vannes, Nantes ou inversement. A la hauteur du village de Muzillac, vous prenez la direction Damgan, donc vers la mer. Ensuite une fois arrivé à Damgan, vous suivez Penerf, demandez « la Tour des anglais » et vous serez quasiment arrivés. Pour le final c’est, « article 22 ».

Sur bâbord, la rade de Penerf

Sur bâbord, la rade de Penerf

La passe, entre la Tour et les rochers

La passe, entre la Tour et les rochers

 

 

 

 

 

 

 

Côté mer, afin de situer sa position en venant du large, il suffit de prendre la « Passe de l’Est » au cap 31,4° en alignant la fameuse « Tour des Anglais » et le clocher de l’église de Penerf. Ensuite suivre l’alignement à 0° (ou 360°) en visant la « Tourelle du Pignon » et l’église du « Tour du Parc ». Des récifs très méchants bordent le chenal très étroit.

Tour de Pénerf, dite des anglais

Tour de Pénerf, dite des anglais

Position du site

Position du site

 

 

 

 

 

 

 

Présentation,

Les constructions de phares coûtent cher, afin de les réduire, toutes sortes de solutions prennent vies. Cela est d’autant plus vrai pour les tourelles, et signaux divers d’entrées de ria et/ou de ports. La plupart des anciennes tourelles, sont construites en pierres qui s’enchâssent les unes dans les autres, le ciment Portland n’existant pas encore. En revanche, fin du 19ème siècle, des premiers essais se réalisent avec le béton armé. Ce conglomérat de matériaux et de ferraille (1877) va permettre de construire des édifices là, où il était impossible d’en implanter auparavant.

Les premières expérimentations passeront par le renforcement de phares existants. L’on n’imagine pas les tonnes de béton coulées au pied de nos phares  emblématiques. Les secondes concerneront la constructions de tourelles, souvent des projets laissés en jachère depuis des années. Les premières seront circulaires, notamment les tourelles du Lavardin en 1888.

Mais ces édifices restent fragiles et nombre d’entre-eux finiront dans l’océan. En 1893, une autre technique apparait, les coffrages de forme octogonale munis d’arêtiers en fonte. La première des tourelles sera celle des « Trois pierres » dans les passes de Lorient.

Le chenal ? Entre les deux pieux bien sûr...

Le chenal ? Entre les deux pieux bien sûr…

C'est rouge, donc, je passe sur tribord

C’est rouge, donc, je passe sur tribord

 

 

 

 

 

 

 

Le travail consiste à couler un massif de béton à deux mètres en dessous du zéro des cartes. Pour mémoire le plus bas niveau de marée basse d’équinoxe. Le coffrage est fait de sacs de ciment, des barres métalliques sont scellées en son sein. Ensuite des moellons sont noyés dans la masse afin d’apporter du poids à l’édifice.

Cette méthode permettra d’éclairer des endroits impensables à l’époque.

Enfin,

Mais cette méthode n’est pas universelle et certains déboires conduiront des ingénieurs dans l’emploi de parement en pierres afin d’assurer la pérennité des tourelles. Un exemple école, le tourelle des Birvideaux entre Groix et Belle-île. Ses travaux dureront en tout et pour tout cinquante années. Son budget dépassera celui du phare d’ Ar-Men et sera aussi élevé que celui de Kéréon. Ce dernier étant le plus cher de tous les phares français.

Enfin pour notre tourelle du Pignon, ce sera la même technique du cylindre de béton et ceinturage en moellons. D’un coût trois fois moins élevé qu’une technique en pierre de taille.

Seul bémol sur cette tourelle c’est, son année de construction… Je ne la connais pas, elle remonte à la fin du 19ème siècle mais sans date précise. Aucune mention sur les sites spécialisés amateurs ou professionnels. Même après des recherches sur les archives nationales et départementales du Morbihan.

La seule piste trouvée, est sur un site bien connu et que j’aime particulièrement, il s’agit de « Phares de France » très documenté. Voici le lien « Phares de France » , il situe sa construction en l’année 1865/66. Je vais poursuivre mes recherches afin de trouver d’autres sources possibles.

Pour finir,

Cette tourelle est bien entendu toujours en service et très utile pour les professionnels de la mer et les plaisanciers de passages.

Cet édifice donc, est pile au milieu de la Ria de Penerf, sa hauteur est de 14 mètres. Position, 47° 30′ 00″ N et 002° 38′ 9″ W. Réflecteur radar. La tour est rouge comme précisé auparavant, servant d’amer et de balisage du chenal le jour. Côté éclairage, en 1933 elle était munie d’un feu fixe rouge et vert. Auparavant il devait être blanc comme la plupart d’entre-eux.

Pendant la seconde guerre mondial il a été éteint sur ordre de la Kriegmarine. je n’ai pas trouvé de trace de son éventuelle destruction en 1944 par l’occupant. En revanche en 1952 celle-ci est rallumé, renforcée et rehaussée.

En 1962 et jusqu’à ce jour (2018) elle passe ses couleurs en Blanc et Rouge, trois éclats toutes les 12 secondes. Les portées optiques sont respectivement de 9 et 6 miles nautiques.En 1973 son alimentation électrique est assurée par un aérogénérateur.

En 2018 ce sont des panneaux photovoltaïques qui assurent cette fonction.

Panneaux photovoltaïques

Panneaux photovoltaïques

Pour les OMs désirant activer cette tourelle, un article va suivre et au plaisir de se retrouver. Sachez simplement que cette tourelle se situe sur une zone FFF (France Flora Fauna) 73/44, finalement une bonne future activation.

Balise Bâbord du chenal

Balise Bâbord du chenal

Balise Tribord du chenal

Balise Tribord du chenal

 

 

 

 

 

 

 

Tour de Penerf

Tour de Penerf, une tourelle situé sur le territoire de la commune de Damgan en Bretagne. Nous montons vers le nord en quittant la Loire-Atlantique et pénétrons dans le département du Morbihan, à la hauteur de la commune de Muzillac, nous prenons sur la gauche en direction de la Presqu’île de Rhuys et traversons le village de Damgan en direction de celui de Penerf. Cet endroit désertique et agrémenté d’une multitude de récifs en tous genres est, un enfer lors des grandes marées d’équinoxes, envahi par une horde de « Tamalous » en camping-cars ou véhicules légers se garant n’importe où. Si d’aventure cela vous arrive je vous conseille la marche à pieds, le vélo ou la moto comme votre serviteur. Pour revenir à notre tourelle elle se situe dans la rade de Penerf, en compagnie d’une autre de ses consœurs, beaucoup plus récente « La tour Pignon » qui marque l’entrée de la rade. L’endroit est étroit et dangereux pour les navires se rendant vers Ambon.

Étroit chenal de Penerf

Étroit chenal de Penerf

La tourelle du "Pignon" à l'entrée de la rade

La tourelle du « Pignon » à l’entrée de la rade

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien sûr, avant cette signalisation moderne, il y avait déjà la tourelle « de Penerf » située à quelques centaines de mètres de celle-ci. Appelée aussi tour à feu à l’époque, le souci actuel c’est sa datation, son origine. Au niveau des  écrits, c’est plus aléatoire, il faut remonter au Moyen Age. Peu de phares existent au sens propre du terme, l’on trouve des édifices militaires ou religieux servant d’amers. En 1290, sur la ville de Calais, un foyer est installé sur la tour de guet, un autre similaire est mentionné en 1365 à Dunkerque. Un siècle plus tard sur la commune de La Rochelle, la tour du Garrot est équipée d’un foyer lumineux et devient « La Tour de la Lanterne ». Côté atlantique à la même époque, une lanterne est installée dans la collégiale de Guérande et sur la « Tour de Penerf ».

Tour de Penerf à marée basse coefficient 117

Tour de Penerf à marée basse coefficient 117

Lieu de promenade dominicale très prisé

Lieu de promenade dominicale très prisé

 

 

 

 

 

 

 

 

Le but étant de signalé l’entrée de la rivière « La Vilaine » mais, cette information reste aléatoire mais plausible. A cette époque, sortant du Moyen Age, la flotte maritime et la navigation est en plein essor, l’estuaire de La Vilaine permet aux navires de remonter dans les terres jusqu’à la ville de Redon. Les cargaisons prennent de plus en plus de valeurs et l’on prend petit à petit conscience du nécessaire balisage de nos côtes.

La Tour vue du village du même nom

La Tour vue du village du même nom

La Tour sur le rivage

La Tour sur le rivage

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette Tour aurait été construite sous le règne de François 1er, mais rien ne l’atteste en terme de document écrit ou graphique. A l’origine c’est une tour de guet qui protège l’entrée de la Vilaine et le port de Penerf, très actif à l’origine. Concernant son activité de « Fanal », le premier document est une carte, établie par le chevalier de Clerville, en 1664. Elle sert à repérer d’éventuels navires ennemis venant de la mer, principalement Anglais.

Le soubassement est immergé à marée haute

Le soubassement est immergé à marée haute

La tour côté océan

La tour côté océan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa construction daterait du 16ème siècle, comme l’atteste la forme des consoles du parapet de type breton. Sa hauteur est de 15 mètres et son diamètre est de 3 mètres environ. Les matériaux employés sont principalement des moellons de schiste et de granite. La stabilité de l’ouvrage, est assurée par un soubassement remplie de sable et de galets, doublés d’une ceinture en granite. Sa vocation militaire fût limité étant donné que Vauban (1633-1707) établi une ligne de défense sur les îles de Houat, Hoëdic et Belle-Ile et non sur le continent. Il partait du principe que, lorsque les navires ennemis arrivaient sur les côtes, il était déjà trop tard, il valait mieux les stopper en mer. La tour possède trois pièces superposées dont, deux équipées de cheminées.

Détail des mâchicoulis

Détail des mâchicoulis

L'échelle d'accès a été déposée

L’échelle d’accès a été déposée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La tour ne fut pas inclus dans le plan d’éclairage du littoral français de 1825 et donc ne possédât pas de lanterne à son sommet. L’administration des phares et balise préféra construire un petit phare sur la commune de Billiers, quelques kilomètres à l’Est. C’est le phare de Penlan, construit en 1839 et toujours en activité, en revanche la Tour de Penerf fut blanchie à la chaux et sert d’Amer remarquable depuis cette époque.

Cette tour de Penerf est inscrite depuis le 22 ocotbre1997 au titre des monuments historiques. Depuis les années 1910/20 certaines personnes l’appelle « La Tour des Anglais », pourquoi ? Je n’en sais rien et personne ne semble le savoir…

Une chose est certaine, cette tour figure toujours sur les cartes marines officielles en 2016 sous le nom de « Tour des Anglais blanche », comme amer remarquable. De nombreux promeneurs viennent l’admirer au gré d’une promenade bucolique, digestive ou dominicale. Quelque soit sa motivation, le badaud se trouve face à une « Dame » qui en a vue des évènements, notamment au large, le naufrage de l’Hermione à l’Est du plateau du four, le 21 septembre 1793 après avoir appareillé à Mindin la veille, où les épisodes de la guerre des Cardinaux.

Merci d’avoir lu cet article et à bientôt. Cette tour bien sûr n’est pas référencée pour le DPLF, activé par les Radio-Amateurs ou les SWL.

 

Tintin, Haddock et Milou à Saint-Nazaire