Phare de La Chaume

Phare de La Chaume. Toujours sur la commune des Sable d’Olonne en Vendée. Nous allons parler d’un phare ancien, toujours en service, situé sur le sommet de la « Tour Arundel » dans le quartier de la Chaume. Cette tour faisait partie du château St Clair construit au 12ème siècle par les princes de Talmont. Château et remparts rasés en 1689 sur ordre royal.

Vue de la jetée des Sables

Vue de la jetée des Sables

Vue de la jetée des Sables

Vue de l’autre rive du chenal

 

 

 

 

 

 

 

 

La tour est située à l’entrée du port des Sable d’Olonne quelle a protéger pendant des siècles. Tout démarre par un « Amer », à l’origine les bâtiments, ouvrages ou espaces naturels servaient de point de repère  pour les navigateurs caboteurs ou pilotes côtiers. Bien souvent les propriétaires n’étaient au fait de l’utilisation de leur ouvrage, parfois cela tenait à un arbre au milieu d’une colline dénudée. Pour La Chaume c’était la même chose.

Des ecrits attestent de l’existence d’une tour éclairée. Les documents datés de 1564 attestent de système d’éclairage au sommet de la Tour Arundel. Lorsque les Huguenots (protestants) prennent la ville en 1594, ils en font état.

La tour Arundel et sa verrue

La tour Arundel et sa verrue

Chenal vu du traversier

Chenal vu du traversier

 

 

 

 

 

 

 

 

Le seigneur d’Olonne possédait un droit de taxe pour l’entretien du fanal. Une lettre patente de 1593 en fait mention. En l’an 1702 le droit est de 5 sols par tonneau pour chaque navire sortant ou entrant dans le port. Pour mémoire un tonneau unité légale utilisée par les marins de l’époque qui est de 2,83 m³ ou 100 pieds environ. Pour revenir au « Sol », descendant du « Solidus » crée par l’empereur Constantin, constitué de 4,5 g d’or. Plus tard après maintes mutations, dévaluations, cela donne « le Solt » qui se transforme en « Sol » pour des problèmes de prononciation. Par la suite, il se transforme en « Sou », monnaie qui perdurera jusqu’en 1939 avec la pièce de 5 centimes de Sous, percée.Pour les navires de 80 tonneaux, le droit est de 15 Livres. Au 16ème siècle, une Livre équivaut à 20 sous. Appelée aussi « Livre Tournois » après avoir supplantée la « Livre Parisis » suite à l’annexion de la Touraine au royaume de France. Cette monnaie sera utilisée jusqu’en 1795 date de l’apparition du Franc.

Place du petit marché

Place du petit marché

Vue de la jetée Est

Vue de la jetée Est

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut précisé que le port des Sables d’Olonne au 18 ème siècle est à l’abandon. La cité n’étant pas protégée par des îles ou banc de rochers au large, est battue constamment par les flots et tempêtes successives. Les quais sont quasiment détruits et le chenal envasé, aucun navire supérieur à 80 tonneaux ne y pénétrer et donc se dirigent vers d’autres destinations. Des travaux importants seront engagés entre 1753 et 1782 avec notamment la construction de la jetée de la Chaume longue de 700 m. La lampe de La Chaume est rénovée et sera une lanterne vitrée munie de 4 poteaux. Un arrêté du conseil du roi du 14 mars 1758 confirme les droits de taxes.

La tour sera en fonction pendant tout le 18ème siècle, au moins jusqu’en 1794 ou la tour sera vendue comme bien national.

Vue de la place du marché

Vue de la place du marché

Vu du marché couvert

Vu du marché couvert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous retrouverons des écrits concernant le phare de La Chaume en 1817, de nombreuses plaintes de navigateurs remontent vers la capitale. Les phares sont gérés par des systèmes privés pas toujours au fait des avancées techniques, décisions politiques etc.. En gros les gestionnaires et responsables du fonctionnement des phares, le sont surtout pour l’argent. Cela concerne surtout les fournisseurs d’huile, la qualité est jugée médiocre. Les lumières sont vacillantes et la portée très faible, La Chaume en fait partie, sa lumière est jugée « Rougeâtre ». L’état s’aperçoit vite des limites de compétences des opérateurs privés. Ils seront écartés des phares à partir de 1849. Cela d’ailleurs n’existe plus en 2016…

Le phare en piteux état sera racheté par l’état Français le 15 avril 1835. Il sera entièrement rénové en 1855. Cela sera effectué sous les directives de Mr Léonce Renaud, directeur du service des phares de l’époque.

L'ile Penotte dans les Sables

L’île Penotte dans les Sables

Magnifiques œuvres de l'île Penotte

Magnifiques œuvres de l’île Penotte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit clin d’œil en passant aux magnifiques œuvres de l’île Penotte, quartier situé de l’autre côté du chenal.

Mr Renaud conseillera à l’ingénieur en charge des travaux, la rehausse de la tour. Elle sera dotée d’ouvertures inspirées des baies trilobées encore existantes dans les étages inférieurs et d’un couronnement crénelé, et enfin de mâchicoulis.

A ce jour, en 2016, le phare de La Chaume est toujours en serviceet donne l’alignement du chenal d’entrée par le feu situé sur la Jetée Est. La hauteur de la lanterne est de 33 m au sommet de la Tour d’Arundel et la portée de l’optique est de 12 miles nautiques.

La Tour Arundel se visite pendant les périodes estivales, ne manquez pas d’y effectuer une petite visite.

Pour l’activation de ce phare, merci de vous rendre sur l’onglet activation de phares.

73 Qro, à bientôt.

Vous nous manquez Mr Hergé

Vous nous manquez Mr Hergé

Les Jumelles du port

Les Jumelles du port,

Les jumelles du port, encore un titre bizarre. Elles occupent et signalent la place depuis 1904, conçus par l’ingénieur Joly. Elles se situent sur le port de Saint-Nazaire, en Loire Atlantique, dans le département 44. Encore des ouvrages de 4ème ou 5ème ordre, vous allez me dire. Leur existence est liée à l’évolution du port de Saint-Nazaire, lorsque les navires devenaient trop gros, longs, larges et lourds… Il fallut soit adapter les ouvrages existants, soit les créer.

En 1860 la totalité du fret transporté par voie maritime, l’était par des navires à voiles remontant souvent jusqu’à Paimbœuf . Vingt années plus tard, en 1880 donc, ces derniers ne transportaient plus que, 2% de ce fret. Le tonnage transporté durant cette période est passé de 23760 à 426433 tonneaux. Je vous rappelle que l’unité de transport était le tonneaux qui correspond à 2,83 M³ ou 100 pieds cubes, mesure n’étant plus utilisée en 2016 sauf, pour les navires inférieurs à 24 mètres de longueur. Aucun abri n’était existant sur le port, pour décharger ou faire accoster un navire, il fut donc construit le « Môle d’Abri » de 1828 à 1835, une digue de granit venant de St Marc, 197 mètres de longueur, plus un phare et une cale d’accès qui existent toujours en 2016. Sous le contrôle de l’ingénieur Auguste Jegou sera construit le premier « Bassin de Saint-Nazaire » de 1845 à 1856. Ses mensurations, 160 m de largeur et 550m de longueur. Un tirant d’eau de 8,50m. Les navires entrent par les « 2 écluses Est », protégées par la digue du Vieux Môle. L’une sera fortifiée pendant la 2ème guerre mondiale. Pour se situer c’est simple, c’est le bassin de la base sous-marine.

Bassin de St Nazaire 1845-1856

Bassin de Saint-Nazaire 1845-1856

Écluse historique "Est"

Écluses historiques « Est »

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite compte-tenu de la naissance des lignes transatlantiques, après la fin de la guerre de Crimée (1854-1856). Rien de spécial, la guerre entre la Russie et l’armée Anglo/Française concernant la Turquie, à noter que c’était la première fois que les deux armées combattaient ensembles. Le Compagnie Générale Transatlantique est fondée en 1858 et exploitait la ligne Saint-Nazaire, Panama en Amérique du Sud. Donc vint la la construction du bassin de Penhoët de 1862 à 1881. Les mensurations sont de 1100 mètres de longueur pour 160/230 mètres de largeur. Ce nouveau bassin à été relié au premier par le « Pont du Pertuis » toujours existant et en service. Il se situe derrière le site des phares et balises.

Bassin de Penhoët 1862-1881

Bassin de Penhoët 1862-1881

Bassin de Penhoët 1862-1881

Bassin de Penhoët 1862-1881

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin pour parfaire l’accueil des très gros navires, jusqu’à 180 mètres de long, de 1896 à 1907 fut construit l’avant port et le sas de l’entrée Sud pour ceux-ci. Le chenal de navigation fait 500 mètres de long et 80 mètres de largeur protégé par deux jetées brise-lames.

Jetée "Est" jetée "Ouest"

Jetée « Est » jetée « Ouest »

Bassin "Avant port", côté quai des marées

Bassin « Avant port », côté quai des marées

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces deux jetées brise-lames sont agrémentées sur leur musoir d’un petit phare, identiques tant en caractéristiques physiques que, lumineuses. Construits en 1904 sous la direction de l’ingénieur Joly, ce sont deux tours rondes de 8 mètres de hauteur, réalisées en granit de la région, extrait dans une carrière de Saint-Marc. L’un des chapeaux est rouge et l’autre vert.

Jetée "Est" 1904

Jetée « Est » 1904

Jetée "Ouest" 1904

Jetée « Ouest » 1904

 

 

 

 

 

 

 

 

Elles sont munies toutes les deux d’un feu à 4 occultations toutes les 12 secondes. Coté quai des marées sont parqués les remorqueurs assistant les navires entrant dans l’avant port où en direction des ports de Montoir et Donges. Côté jetée « Ouest », elle est libre, simplement un ponton mobile accueil les bateaux pilotes. La distance entre les deux musoirs des jetées est de 123 mètres.

Avant port vu de l'écluse Sud

Avant port vu de l’écluse Sud

Avant port côté navires pilotes

Avant port côté navires pilotes

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme précisé auparavant dans cet article, l’avant port permet l’accès à des navires jusqu’à 180 de longueur et de 8,50 mètres de tirant d’eau. Les deux portes d’écluses délimitant le sas « Sud », permet d’avoir une surface de 211 mètres de longueur et 30 mètres de largeur.

Février, -1°, 8h30, Lever du soleil

Février, -1°, 8h30, Lever du soleil

Même jour, 18h30, 4°, coucher du soleil

Même jour, 18h30, 4°, coucher du soleil

 

 

 

 

 

 

 

Bien sûr je ne vous ai pas parlé de la forme écluse « Joubert » construite entre 1929 et 1933 afin de permettre la construction du paquebot transatlantique, « Le Normandie ». 315 mètres de longueur. La forme écluse construite sous l’œil de Mr Joubert et calant 350 mètres de longueur.

Ah! C’est un peu long, pour parler de deux petites tours de 4ème ou 5ème ordre. Bof, perhaps. Merci d’avoir été jusqu’au bout…

Tintin, Haddock et Milou à Saint-Nazaire

Tintin, Haddock et Milou à Saint-Nazaire