La Turballe Garlahy

La Turballe Garlahy, bizarre ce titre. Une fois de plus nous allons parler de Phare. Nous verrons plus loin le pourquoi de ce titre étrange. Examinons les lieux, tout d’abord. L’action se situe sur la commune de, La Turballe, cité de Loire Atlantique dans le département 44. Implantée entre les communes de Piriac et du Croisic. Environ 4500 âmes, l’été je n’en parle pas. Normal tout augmente. C’est un port de pèche très actif et bien sûr une criée. Pour se rendre sur la commune l’idéal est de passer par Guérande, si vous avez du temps, consacrez un peu de votre temps à la visite de celle-ci, vous ne saurez pas déçus. Pour les amateurs venant de la France entière, des produits de la mer ultra-frais.

Revenons à nos phares, pourquoi au pluriel ! Très simple, ils sont deux, mais un seul est en activité à ce jour.

Avant 1958 à gauche jetée de Garlahy, à droite Tourlandroux

Avant 1958 à gauche jetée de Garlahy, à droite Tourlandroux

Vue aérienne de la Turballe

Vue aérienne de la Turballe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout commence par l’éclairage de la digue de Tourlandroux en début des années 1882, feu fixe blanc accompagné de sa cabane de couleur blanche au pied. Le feu était installé au sommet d’une perche métallique. Ce feu très insuffisant, indiquait de façon empirique l’entrée du port restant malgré tout dangereuse. Amélioration de la signalisation en 1884 avec l’installation d’un second feu de même nature mais, cette fois-ci, son alignement avec le précédent indiquait plus précisément l’entrée du port.

En 1894, il fut procédé à la dépose de ces deux fanaux et à l’implantation de deux nouveaux. Il a été adopté à l’époque le système entériné par la commission international des phares et balises, à savoir, sur tribord un feu vert et bâbord un rouge. Matérialisé à droite par un feu vert monté sur une cabane métallique avec un soubassement en pierre, le tout sur le musoir de la jetée de Tourlandoux.

Côté gauche en revanche, sur la jetée de Garlahy, une tourelle de 8,60m de hauteur en pierre des carrières de Pont-Aven. Il est construit par une entreprise locale implantée au Pouliguen. Ces tourelles sont toutes construites sur le même principe, l’ingénieur Georges de Joly reprend les plans des tourelles de Port-tudy sur l’île de Groix. Il s’agit d’un feu blanc et rouge.

Phare de Garlahy utilisé de 1894 à 1958

Phare de Garlahy utilisé de 1894 à 1958

Phare de Garlahy utilisé de 1894 à 1958

Phare de Garlahy utilisé de 1894 à 1958

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur les clichés bien sûr, il est éteint à ce jour. Il était alimenté au gaz jusqu’en 1930, ensuite  il a été  électrifié. En 1938 son feu à occultation d’une durée de 4 secondes, passe sur une occultation à 12 secondes.

En 1939 il est éteint par l’occupant comme une majorité des feux des côtes françaises. Il sera rallumé en 1945. Dans la foulée un projet d’agrandissement du port est projeté afin de gagner 20000 m² sur l’océan. La jetée sera allongée et un nouveau phare sera installé et allumé en 1958 et toujours en activité.

Sur la droite le feu de 1894 et au fond à gauche celui de 1958

Sur la droite le feu de 1894 et au fond à gauche celui de 1958

Le phare actuel depuis 1958

Le phare actuel depuis 1958

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A noter que ces phares ne sont plus accessibles depuis quelques année, en voiture. Le seul moyen de s’y rendre est la marche à pied ou un véhicule deux roues. Étant donné que l’accès est réservé, vous entrez dans l’enceinte à vos risques et périls.

Vue des deux phares sur la jetée Garlahy

Vue des deux phares sur la jetée Garlahy

Plus de 80 navires de pêche sont en activité

Plus de 80 navires de pêche sont en activité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue de profil, ce n'est pas renversant comme beauté, c'est de la tôle

Vue de profil, ce n’est pas renversant comme beauté, c’est de la tôle…

 

Merci d’ avoir lu cet article et à bientôt. Pour l’activation de ce phare en radio cliquez ici.

 

Print Friendly, PDF & Email