Le Grand Charpentier

Le phare, sa jetée et sa balustrade

Le phare, sa jetée et sa balustrade

Le Grand Charpentier,

Le phare du Grand Charpentier, en voila un beau spécimen. Situé au large de l’estuaire de Saint-Nazaire, à environ 2miles des côtes de la pointe de Chémoulin. Il est situé donc dans le département de la Loire Atlantique et sur la commune de Saint-Nazaire comme précisé plus haut et au sud Ouest de celle-ci. Construit de 1884 à 1888. Tour tronconique de 27,35 mètres de hauteur et une embase elliptique. Avant cela en 1827 une balise en fer, remplacée en 1851 par une tourelle en maçonnerie, emportée en 1877 par une tempête. Reconstruite et, à nouveau emportée par l’océan 10 ans plus tard.

Un jumeau,

C’est le jumeau du phare de « La Banche » situé sur le plateau du Four au large du Croisic. Pourquoi ? Parce que, utilisation de la même technique de construction à 20 ans intervalle. Très utile pour les marins qui s’en servent en l’alignant avec le phare de « L’Aiguillon » afin de rentrer dans le port.

Cet un phare dit « scintillant » à six secteurs blancs, rouge et verts. Sa portée de 10 miles environ avec une ampoule halogène de 180 watts. Électrifié en 1954 et 1966, puis automatisé en 1969 et enfin suppression du signal sonore en 1986 après, bons et loyaux services depuis 1902. Pour y accéder une jetée de 56 mètres et des bittes d’amarrages en inox pour assujettir le bateau. Accessible que pour les petits bateaux, en mortes eaux (20 à 70) de préférence. Finalement je l’ ai accosté par coefficient 47 et 84…

Nous sommes voila arrivés

Nous sommes voila arrivés

J’ai essayé les trois pour ma part. A l’aide d’un pneumatique Bombard de 4,20m de long, six pare-battages le long  de la coque coté tribord. Donc, Je laisse une élingue de 6 à 7 mètres de long pour le laisser libre sur l’océan. Ne surtout pas l’amarrer sur la balustrade. Oui!Oui! Bien sûr que c’est évident. Comme sur la photo ci-dessous, pendant les mortes eaux cela reste accessible.

La deuxième fois je l’ai abordé pendant les vives eaux (70 à 120) sur un coefficient de 84 et un vent plein Ouest. Et là…C’est rock’n’roll.En manœuvrant doucement j’ai pu accoster au troisième essai. Il faut bien surveiller le flot car, même à basse mer des lames arrivent à passer par-dessus la jetée.

Autre mise en garde,

Enfin, méfiance avec la jetée. Il y a deux escaliers avec des petites marches….Glissantes. Elles sont recouvertes d’une épaisse couche d’algues et, dessous des moules et huitres. C’est là que cela se corse, vous glissez sur les algues et en tentant de vous retenir pour ne tomber à l’eau, vous vous cramponnez sur les huitres.

Résultat, des mains en sang, votre fierté en prend un coup. Heureusement personne ne vous regarde, l’honneur est sauf hihihi. Finalement rien de grave.

Pour des précisions supplémentaires, un site intéressants sur les phares de France parmi tant d’autres.

Pour lire l’article sur l’activation de ce phare : Cliquez ici.