Feu du Village et compagnie

Feu du Village et compagnie. Le « Feu du village » est un fanal matérialisant le terminal méthanier de Saint-Nazaire. Sachant que les gros méthaniers de plus de 300 mètres de long n’arrivent jamais seuls, ils sont guidés par au moins trois remorqueurs du port. Le gros lard irait sinon, se fracasser sur l’appontement en béton et adieu le petit confort des pantouflards que nous sommes parfois, en ces longues soirée d’hiver. Ce petit fanal qui éclaire quand même à, 8 miles nautiques se situe au 48° 18′ 01″ N et 02° 08′ 80″ W, c’est un pylône métallique 7 mètres de hauteur. Quel idée d’écrire une bafouille sur ces petits fanals que personne ne regarde, des petites mains de la mer. Faut oser après le splendide reportage de Thalassa du début 2016, sur les sentinelles de la mer, ces « orphelins » qui luttent courageusement face aux éléments déchaînés. Mais une fois que les navires ont passé les grands phares, qui les guide ? Bien ce sont les petites mains, ces personnages transparents que l’on ne regarde jamais, comme un dû. Bien sûr ce ne sont pas des phares comme le disent les puristes, Ils n’éclairent pas à 50 miles nautiques, ne font pas 40 mètres de hauteur, ne sont ni en granit, ni en pleine mer non plus….Mais, ils existent.

Difficile dans ce fatras de trouver un fanal

Difficile dans ce fatras de trouver un fanal

Le même de nuit,Ben oui,faut chercher

Le même de nuit. Ben oui! Faut chercher

 

 

 

 

 

 

Oui ! Je sais ! Pas facile de trouver cette tête d’épingle rouge dans ce fatras de tuyaux, coudes et amarres en tous genres. Bien sûr lorsqu’un méthanier comme le « Lng  Adamawa » est à quai celui-ci est masqué par le navire qui lui, reprend ce feu sur le haut de son château. La présence du remorqueur « Bretagne » annonce le départ du méthanier, profitant de la pleine mer, et  les longues minutieuses manœuvres de ceux-ci. C’est toujours un plaisir de regarder ces professionnels de la mer. Peut-être qu’ à moyen terme, ces marins seront remplacés par des robots pilotés par satellite, mis au point par des boutonneux diplômés…

Désolé, pour cette plaisanterie douteuse mais, si la plaisanterie, c’est quelle est contente. Bien j’arrête mes blague d’alcoolo pour évoquer un autre fanal. Celui-ci personne le vois, hormis les gens de la mer, d’ailleurs c’est le but. Il s’agit des feux amont et aval du pont de Saint-Nazaire, balisant l’axe du chenal principal. Les grands navires sont prioritaires dans le chenal, pour un méthanier, tous les navires de moins de 20 mètres doivent quitter le chenal. Ces feux sont blancs et situés sur le tablier du pont, au milieu de celui-ci.

Feu Amont du chenal de Saint-Nazaire

Feu Amont du chenal de Saint-Nazaire

Le même avec un cargo remontant sur Nantes

Le même avec un cargo remontant sur Nantes

 

 

 

 

 

 

 

 

Ils sont au nombre de deux, un pour le chenal Amont et l’autre pour l’Aval. Leurs positions, 47° 17′ 20″ N et 002° 10′ 20″ W, ils sont fixés sur le tablier du pont, au centre de celui-ci, à 55 mètres de hauteur. Ce sont des « Isophases », blancs de 4 secondes. Isophase veut dire que la durée d’allumage de la lampe, est égale, à la durée d’obscurité, dans ce cas c’est 4 secondes pour chacun. 4s allumé, 4s éteint, 4s  allumé, 4s éteint etc..

En remontant la Loire vers Nantes, nous rencontrons un autre fanal, celui de « l’Arceau » appelé aussi « Appontement de l’OTAN » qui fait l’objet d’un article précèdent sur ce site. C’est une tourelle  métallique blanche, le sommet est rouge et porte un feu rouge de type « Feu à éclat » isophase d’une durée de 4 secondes.

De nuit Allumé 4 s

De nuit Allumé 4 s

De nuit, éteint 4 s

De nuit, éteint 4 s

Fanal de l'Arceau de jour

Fanal de l’Arceau de jour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa hauteur est de 8 à 10 mètres et son optique porte à 9 miles nautiques. Sa position est 47° 18′ 40″ N et 002° 05′ 40″ W. Nous allons remonter la Loire en direction de Donges, la Raffinerie. Là, vous trouverez un article précédemment rédigé sur l’histoire de ce site. C’est le fanal de l’appontement pétrolier qui consiste en une tour métallique blanche, sommet rouge de 8 mètres de hauteur. De couleur rouge l’optique est rouge à 2 éclats toutes les 6 secondes.

De nuit, à vous de le trouver !

De nuit, à vous de le trouver !

Le même de jour

Le même de jour

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa portée optique est de 9 miles nautiques et sa position est 47° 18′ 30″ N et 002° 40′ 20″ W. Son feu rouge est à 2 éclats par période de 6 secondes.

Sur l’autre rive nous avons la ville de Paimbœuf, port très connu du temps des grands navires à voiles dont deux articles figurent sur ce site. Lui ressemble plus à un phare dans l’esprit des quidams, construit en pierre.

Paimboeuf (2)bis Paimboeuf (17)bis

 

Une tourelle blanche d’une hauteur de 9 mètres, coiffée d’une tête verte dans laquelle se trouve une optique blanche et verte. La portée optique est de 10 miles pour le blanc et 7 miles nautiques pour le vert. C’est un feu à 3 occultations toutes les 12 secondes. Ce serait le phare le plus éloigné des côtes, de France. A noté qu’il se situe sur le domaine maritime. Sa position dans le bourg de Paimbœuf, 47° 17′ 40″ N et 002° 02′ 00″ W.

Bien sûr la Loire maritime jusqu’à Nantes comporte de nombreuses bouées lumineuses balisant le chenal. Il y a d’ailleurs un phare sur la ville de Nantes, situé sur le quai des Antilles, lieu de promenade et de fête de nos jours mais, tristement célèbre dans l’histoire de notre pays.

Maintenant pour les passionnés de radio, ces quatre phares ou fanals comptent pour le D.P.L.F. (Diplôme des Phares du Littoral Français) bien connu des Radio-Amateurs et SWL Français. Ils répondent à au moins un des  critères de sélection, à savoir, soit une optique de portée supérieure à 8 miles nautiques, soit une hauteur de plus de 15 mètres, soit les deux.

Merci d’avoir pris le temps de lire ce petit article. 73 Qro.