Collet et Marais Breton

Collet et Marais Breton,

Collet et Marais Breton, vous allez me dire, encore un titre tarabiscoté. En fait, c’est le raccourci entre le « Phare du Collet » et « Le Marais Breton ». Le premier étant situé dans le second. Je vous propose, non pas une, mais deux activations pour la même somme. D’une part une référence concernant le petit phare de l’Étier du Collet, d’autre part une seconde incluant la zone Flora Fauna du Marais Breton. Dans ce petit article je ne présente que les lieux et planter le décor, un autre suivra afi de narrer l’activation de ces deux références.

Une partie du Marais Breton

Une partie du Marais Breton

Le port du Collet

Le port du Collet

 

 

 

 

 

 

 

Plantons le décor,

Nous sommes sur le territoire des « Marches de Bretagne », cet endroit définissait la limite entre le royaume de Bretagne et le celui du Poitou. Celle-ci serpentait du Mont St Michel en direction de l’actuelle Loire Atlantique afin de terminer au petit port du Collet. Les premiers écrits, certifiés, datant de 778 de notre ère. Une quantité non négligeable de fortifications, châteaux, forteresses en tous genres parsèment de part et d’autre cette ligne de frontière. Par la suite, lors du redécoupage des régions françaises, en 1955, la Loire Inférieur fût sortie de la Bretagne. Ce bidouillage effectué à l’époque par le ministre des finances, Pierre Pflimlin. Je ne parle pas de celui de 1941, en pleine guerre, par une personne de 85 ans… Comme on l’entend souvent. La plupart des personnes de cet age à notre époque, ont du mal à assumer le quotidien, isn’t it ?

En 1955, les différents chambres d’agriculture et d’industrie, se plaigne du terme « Loire Inférieur ». Il serait péjoratif et faisant obstacle au commerce français et international. En novembre 1955, il sera proposé 3 appellations différentes. Loire-Maritime, Loire-Océane et Loire-Atlantique. La suite vous la connaissez, le nom actuel sera entériné en 1957.Le  Conseil d’État avait proposé lui, la Loire-Maritime.

L’activation du jour se passe donc sur cette frontière. La zone du marais Breton couvre environ, 450 km². Cette zone se situe sur les territoires de Bourgneuf en Retz, Challans, Bouin, Beauvoir, Noirmoutier, Saint Jean de Monts, jusqu’à Saint Gilles Croix de vie. Vous l’avez compris, sur les départements du 44 et du 85.

Vendée à gauche, Loire-Atlantique à droite

Vendée à gauche, Loire-Atlantique à droite

Petit phare du Collet

Petit phare du Collet

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres caractéristiques,

En terme de superficie, 18% se situe en Loire Atlantique et 52% sur la Vendée. Les 30% restant étant attribués à l’océan. La référence du Marais breton sur l’INPN est FR5200653 et l’appellation exacte est « Marais breton, baie de Bourgneuf, île de Noirmoutier et forêt des Monts ». Pour toutes précisions supplémentaires, cliquez ici sur le site de l’ INPN. Finalement tous les renseignements sont sur ce site.

Vue de la baie de Bourgneuf en Retz

Vue de la baie de Bourgneuf en Retz

Vue sur des pins tourmentés

Vue sur des pins tourmentés

.

 

 

 

 

 

 

 

Concernant les accès routiers, rien de plus simple, le territoire de ce marais ne manque pas d’opportunités de visites. Que vous arpentiez les plages de la Bernerie en Retz ou celle de Saint Jean de Monts, vous serez dans le marais breton. Vous pourrez partager votre temps entre partie de ballon, farniente sur le sable, marche à pieds dans les dunes où randonnée de vtt sur les chemins. Quoiqu’il en soit l’endroit est protégé et surveillé, donc attention au respect des lieux et des autres utilisateurs.

Vue sur la nature torturée

Vue sur la nature torturée

Plan large

Plan large

 

 

 

 

 

 

 

 

Concernant le phare du Collet. Bien sûr il ne paie pas de mine à première vue.

Le banc de sable à BM

Le banc de sable à BM

Vu du port ostréicole

Vu du port ostréicole

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme beaucoup de gens, il ne fait pas de bruit, l’on n’y prête peu d’attention. Il fait simplement son travail de guide. Finalement comme beaucoup de quidams.

Son rôle est d’assister les bateaux de pêche en tous genres afin qu’ils puissent sortir ou entrer dans l’étier. Imaginez un filet d’eau, une sorte de corridor et, de part et d’autre deux colonnes de vase…

Quelques données,

Autres précisions, le port est à cheval sur deux communes. le côté 44, sur le village des Moutiers en Retz, donc le phare. Le second dans le 85 côté Vendée sur le territoire de Bouin. Au milieu la rivière du Falleron.

Le fanal à une hauteur sept mètres. Il est de forme carré pour la base, de couleur blanche. Le haut est de couleur rouge, donc, à Bâbord lorsque vous pénétrez dans le port.

Côté signalisation, son feu est à occultation toutes les 6″, rouge et blanc. La portée optique est de 7 miles nautiques pour le blanc et 5 miles nautiques pour le rouge. Sa position est 47°01’8″ N et 001° 58′ 09″ W. Pour les OMs, son locator est IN99XX

Merci d’avoir lu ce court article sur le Marais breton et le fanal du Collet. L’activation de ce site en radio sera accessible en cliquant ici.

Des arbres qui penchent et penchent...

Des arbres qui penchent et penchent…

Le Falleron au lever du jour plein Est

Le Falleron au lever du jour plein Est

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Falleron est la rivière qui alimente le port du Collet avant se jeter dans l’océan.

 

Alignement 328,1°

Alignement 328,1°, encore un nom bizarre, encore un truc de marin vous me direz. Ben oui ! Bien utile en tout cas pour les navigateurs abordant les côtes des Sables d’Olonne et désirant pénétrer dans le port. Pour aborder les installations du port de plaisance, de pêche ou industriel, il compte beaucoup.

Commençons par le début, lorsqu’un navire approche de la côte des Sables. Il empruntera la passe Sud-ouest, appelée aussi alignement 33°, encore un. Cette passe est matérialisée par deux phares, appelés « phare de La Potence » et « phare du Remblai » remplaçant le « Phare de l’estacade » bien connu des Olonnais.

Phare de La Potence allumé en permanence

Phare de La Potence allumé en permanence

Phare de l'Estacade éteint

Phare de l’Estacade éteint

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contrairement à ce que l’on pense, le Phare de L’estacade est éteint et remplacé par un pylône métallique de 12 m de hauteur, allumé en permanence tout comme celui de La Potence et synchrone avec celui-ci. Ce qui est surprenant lorsque vous marchez sur le remblai, c’est de voir ces caboteurs arriver face à vous et virer rapidement sur babord. L’on a toujours l’impression que ceux-ci vont aller tout droit et entrer dans la plage. Un peu comme « l’Artémis » ce cargo de 88 m de longueur qui s’échoua en 2008.

Pourquoi ces navires virent de bord ? A vrai dire, il passent de l’alignement 33° à l’alignement au 320° matérialisé par le « Phare de la jetée des Sables » et « le Phare de La Chaume » situé sur le sommet de la célèbre Tour Arundel.

Phare de La Chaume au sommet de la Tour Arundel

Phare de La Chaume au sommet de la Tour Arundel

Phare de la Jetée des Sables

Phare de la Jetée des Sables

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces deux phares matérialisent « l’Alignement 320° » qui permet d’éviter les bancs de rochers de La Nouch et de Noura.

Enfin pour pénétrer dans ce fameux port des Sables d’Olonne, il suffit pour finir de suivre ce fameux « Alignement 328,1° » qui pour le simple quidam est totalement invisible. Cet alignement est situé sur la place du marché couvert, dans le quartier de la Chaume. Chaque jour des dizaines de véhicules se garent à leurs pieds, sans les voir.

Vue d'ensemble de l'entrée du chenal

Vue d’ensemble de l’entrée du chenal

Va-et-viens de vraquiers

Va-et-viens de vraquiers

 

Comme vous pouvez le voir sur la photographie de gauche, l’Alignement 328,1° est matérialisé par deux petites tourelles faites de moellons, rêvez pas, le granit c’est fini depuis longtemps, il n’y a plus grand monde pour le travailler, hormis les marbreries funéraires. Bien que celles-ci arrivent de Chine maintenant… Des bac +++ pour casser des cailloux, faut pas exagérer…

Revenons à nos deux tourelles de parpaings, enduits quand même de portland et badigeonnés de blanc.Alors, oui, certains vont dire que ce ne sont pas des phares, au sens propre du terme. On s’en moque, au moins ceux-ci sont accessibles et visibles autrement qu’au travers de la boite à grimaces et cartes postales.

Sympa, non...

Sympa, non…

Deux, pour le prix d'une

Deux, pour le prix d’une

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces deux tourelles portent les jolis noms de « Postérieur » et « Antérieur ». La tourelle postérieure, sur le cliché de gauche, a une hauteur de 9 m, en retrait d’environ 50 m du feu antérieur. Feu Isophase rouge directionnel, de portée optique de 9 miles nautiques.

Le cliché de droite représente le « Feu antérieur » d’une hauteur de 6 m. Sa position est 46°29’70 » N et 001°47’70 » W. Son optique a aussi une portée de 9 miles nautiques, de couleur rouge. C’est aussi un isophase (le temps d’allumage et d’obscurité est identique) et il est allumé en permanence, synchronisé avec « le feu postérieur ».

Cet alignement permet enfin de pénétrer dans le port des Sables d’Olonne et de se diriger soit vers le port d’Olonna, la plaisance, soit vers le port de pêche ou enfin le port industriel.

Isophase Rouge allumé en permanence

Isophase Rouge allumé en permanence

Vue un soir d'avril

Vue un soir d’avril

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voila, j’en ai fini avec ces deux tourelles de l’alignement 328,1° du port des Sables d’Olonne. Pour l’activation de ces tourelles en radio, rien de plus simple, il suffit d’aller dans l’onglet « activation » et lire l’article. Ces tourelles sont répertoriées sur le site du DPLF bien entendu.

Merci d’avoir pris le temps de parcourir ou lire cet article et à bientôt.

Merci, Mr Hergé pour ces vagabondages

Merci, Mr Hergé pour ces vagabondages

Phare de La Chaume

Phare de La Chaume. Toujours sur la commune des Sable d’Olonne en Vendée. Nous allons parler d’un phare ancien, toujours en service, situé sur le sommet de la « Tour Arundel » dans le quartier de la Chaume. Cette tour faisait partie du château St Clair construit au 12ème siècle par les princes de Talmont. Château et remparts rasés en 1689 sur ordre royal.

Vue de la jetée des Sables

Vue de la jetée des Sables

Vue de la jetée des Sables

Vue de l’autre rive du chenal

 

 

 

 

 

 

 

 

La tour est située à l’entrée du port des Sable d’Olonne quelle a protéger pendant des siècles. Tout démarre par un « Amer », à l’origine les bâtiments, ouvrages ou espaces naturels servaient de point de repère  pour les navigateurs caboteurs ou pilotes côtiers. Bien souvent les propriétaires n’étaient au fait de l’utilisation de leur ouvrage, parfois cela tenait à un arbre au milieu d’une colline dénudée. Pour La Chaume c’était la même chose.

Des ecrits attestent de l’existence d’une tour éclairée. Les documents datés de 1564 attestent de système d’éclairage au sommet de la Tour Arundel. Lorsque les Huguenots (protestants) prennent la ville en 1594, ils en font état.

La tour Arundel et sa verrue

La tour Arundel et sa verrue

Chenal vu du traversier

Chenal vu du traversier

 

 

 

 

 

 

 

 

Le seigneur d’Olonne possédait un droit de taxe pour l’entretien du fanal. Une lettre patente de 1593 en fait mention. En l’an 1702 le droit est de 5 sols par tonneau pour chaque navire sortant ou entrant dans le port. Pour mémoire un tonneau unité légale utilisée par les marins de l’époque qui est de 2,83 m³ ou 100 pieds environ. Pour revenir au « Sol », descendant du « Solidus » crée par l’empereur Constantin, constitué de 4,5 g d’or. Plus tard après maintes mutations, dévaluations, cela donne « le Solt » qui se transforme en « Sol » pour des problèmes de prononciation. Par la suite, il se transforme en « Sou », monnaie qui perdurera jusqu’en 1939 avec la pièce de 5 centimes de Sous, percée.Pour les navires de 80 tonneaux, le droit est de 15 Livres. Au 16ème siècle, une Livre équivaut à 20 sous. Appelée aussi « Livre Tournois » après avoir supplantée la « Livre Parisis » suite à l’annexion de la Touraine au royaume de France. Cette monnaie sera utilisée jusqu’en 1795 date de l’apparition du Franc.

Place du petit marché

Place du petit marché

Vue de la jetée Est

Vue de la jetée Est

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut précisé que le port des Sables d’Olonne au 18 ème siècle est à l’abandon. La cité n’étant pas protégée par des îles ou banc de rochers au large, est battue constamment par les flots et tempêtes successives. Les quais sont quasiment détruits et le chenal envasé, aucun navire supérieur à 80 tonneaux ne y pénétrer et donc se dirigent vers d’autres destinations. Des travaux importants seront engagés entre 1753 et 1782 avec notamment la construction de la jetée de la Chaume longue de 700 m. La lampe de La Chaume est rénovée et sera une lanterne vitrée munie de 4 poteaux. Un arrêté du conseil du roi du 14 mars 1758 confirme les droits de taxes.

La tour sera en fonction pendant tout le 18ème siècle, au moins jusqu’en 1794 ou la tour sera vendue comme bien national.

Vue de la place du marché

Vue de la place du marché

Vu du marché couvert

Vu du marché couvert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous retrouverons des écrits concernant le phare de La Chaume en 1817, de nombreuses plaintes de navigateurs remontent vers la capitale. Les phares sont gérés par des systèmes privés pas toujours au fait des avancées techniques, décisions politiques etc.. En gros les gestionnaires et responsables du fonctionnement des phares, le sont surtout pour l’argent. Cela concerne surtout les fournisseurs d’huile, la qualité est jugée médiocre. Les lumières sont vacillantes et la portée très faible, La Chaume en fait partie, sa lumière est jugée « Rougeâtre ». L’état s’aperçoit vite des limites de compétences des opérateurs privés. Ils seront écartés des phares à partir de 1849. Cela d’ailleurs n’existe plus en 2016…

Le phare en piteux état sera racheté par l’état Français le 15 avril 1835. Il sera entièrement rénové en 1855. Cela sera effectué sous les directives de Mr Léonce Renaud, directeur du service des phares de l’époque.

L'ile Penotte dans les Sables

L’île Penotte dans les Sables

Magnifiques œuvres de l'île Penotte

Magnifiques œuvres de l’île Penotte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit clin d’œil en passant aux magnifiques œuvres de l’île Penotte, quartier situé de l’autre côté du chenal.

Mr Renaud conseillera à l’ingénieur en charge des travaux, la rehausse de la tour. Elle sera dotée d’ouvertures inspirées des baies trilobées encore existantes dans les étages inférieurs et d’un couronnement crénelé, et enfin de mâchicoulis.

A ce jour, en 2016, le phare de La Chaume est toujours en serviceet donne l’alignement du chenal d’entrée par le feu situé sur la Jetée Est. La hauteur de la lanterne est de 33 m au sommet de la Tour d’Arundel et la portée de l’optique est de 12 miles nautiques.

La Tour Arundel se visite pendant les périodes estivales, ne manquez pas d’y effectuer une petite visite.

Pour l’activation de ce phare, merci de vous rendre sur l’onglet activation de phares.

73 Qro, à bientôt.

Vous nous manquez Mr Hergé

Vous nous manquez Mr Hergé

Jetée Saint Nicolas

Jetée Saint Nicolas, ou plutôt le phare de la jetée Saint Nicolas est située aux Sables d’Olonne en Vendée, département 85. Situé à proximité de la célèbre « Tour d’Arundel » et du « Fort St Nicolas » dans le quartier de La Chaume.

Fort Saint Nicolas

Fort Saint Nicolas

Passerelle ré-ouverte en 1971

Passerelle ré-ouverte en 1971

 

 

 

 

 

 

 

La construction de la jetée de La Chaume s’est effectuée en trois temps :
En 1764-1765, les travaux concernent la jetée dite « Saint-Nicolas », ouvrage en pierres sèches de forme convexe situé au bas du prieuré Saint-Nicolas.

Puis en 1863, selon les directives de M. de Franqueville, le prolongement de la jetée est opéré en venant s’appuyer à son extrémité sur une roche appelée « La petite Pierre du Port », le tout formant un angle très prononcé avec le brise-lames.

1764-1765 digue brise lame convexe

1764-1765 digue brise lame convexe

1876-1883 prolongement de 100 mètres

1876-1883 prolongement de 100 mètres

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, de 1876 à 1883, l’édification de l’extrémité de la grande jetée de La Chaume, sur 100 mètres en direction du Sud Est, permet de protéger l’entrée du port des lames des tempêtes.

La construction du phare sur le musoir de la grande jetée est achevée en décembre 1910. D’une hauteur de 12,50 m, il est en pierre de granit. A l’origine, le feu fonctionnait à l’huile minérale sans gardien permanent et avec un dispositif de rotation électrique.

Phare de la Jetée Saint Nicolas

Phare de la Jetée Saint Nicolas

Le même une soirée de Mars

Le même une soirée de Mars

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le décret du 3 juin 1876 comprend également la réalisation de passerelles de halage reliant cet ouvrage au quai de La Chaume. Les fondations sont en moellons bruts et mortiers de ciment de Portland. Le platelage de 300 mètres en bois, soit 28 travées, était fixé sur des poutres métalliques supportées par des piles en maçonnerie de moellons bruts. La longueur totale de la passerelle est de 492 m.

Celle-ci est également détruite par les troupes allemandes à la fin du mois d’août 1944. Cependant, le ministère des Travaux publics ne juge pas utile la reconstruction du chemin de halage (puisque selon lui, les bateaux ne sont plus halés comme autrefois). Finalement, c’est dans le but de créer un lieu de promenade privilégié à La Chaume que les travaux débutent en 1967. La passerelle est ré-ouverte au public en août 1971.

Lieu de promenade très prisé

Lieu de promenade très prisé

C'est encore loin ? Tais-toi et marche

C’est encore loin ? Tais-toi et marche

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais subissant les assauts des embruns, la jetée Saint-Nicolas a fait, depuis, l’objet de nombreux travaux de restauration. La corrosion des armatures a fragilisé la structure du tablier et des rambardes. Celles du bout de la grande jetée sont remplacées en 1996. Dernièrement, la sécurité des promeneurs a rendu nécessaire la réhabilitation complète de la passerelle. L’inauguration de ce nouvel ouvrage est intervenue le 5 août 2008.

Vous avez le choix...

Vous avez le choix…

Pour un café, c'est à droite

Pour un café, c’est à droite

 

 

 

 

 

 

 

Ce petit phare très utile balise l’entrée du port des Sables d’Olonne, son optique est Rouge, comme « Babord » il est à une hauteur de 16 mètres au-dessus de l’océan, sa portée est de 8 miles nautique.

Pour les Radio-Amateurs désirant activer ce phare un article va suivre les jours prochains.

Avertissement, ce phare n’est plus accessible pour des raisons de sécurité, même si des pêcheurs du coin y accède malgré tout. Donc faite attention à vous, d’autant plus qu’ils sont rentrés bredouilles…hihihi

Merci d’avoir lu ce court article. 73 Qro.

 

Armendèche

Présentation,

Armendèche, cette fois-ci nous quittons la Loire Atlantique (44) pour un petit séjour en Vendée (85). Magnifique département chargé d’histoire, il ravira  les passionnés de notre passé et les mordus d’ocean. Cette semaine de Qsy comme disent les « Amateurs Radio » nous mène sur la jolie cité balnéaire des Sables d’Olonne. Connue entre-autres pour son célèbre Vendée Globe.

De nombreux phares balisent l’entrée de ce port de plaisance, de pèche et de commerce. De gros navires, à l’échelle des installations, entrent régulièrement dans le port.

"Fort Boyard" le Serpillotéraupathe des Sables

« Fort Boyard » le Serpillo-téropathe des Sables

Chassé-croisé de petits cargos

Chassé-croisé de petits cargos

 

 

 

 

 

 

 

 

Les incident de mer ne sont pas rares car l’accès aux installations portuaires est délicat, pas moins de 9 phares balisent les côtes des Sables d’Olonne. Les navires arrivent face à la grande plage sur l’alignement 33° des phares de la potence.

Alignement 33° et phare de la Potence

Alignement 33° et phare de la Potence

Alignement 33° et phare de la Potence

Alignement 33° et phare de la Potence

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite ils bifurquent sur bâbord afin d’attraper l’alignement au 320° de la jetée des Sables et de la Tour Arundel, citadelle du 11ème siècle et coiffé de la lanterne de la Chaume. Ils terminent par l’alignement 328,1°

Jetée des Sables alignement 320°

Jetée des Sables alignement 320°

Tour Arundel Alignement 320°

Tour Arundel Alignement 320°

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois passé la jetée des Sables les navires s’alignent sur l’alignement 328,1° matérialisé par deux petits Fanals situés sur la place du marché du quartier de la Chaume.

Alignement 328,1°

Alignement 328,1°

Le même alignement vu du chenal

Le même alignement vu du chenal

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite les navires se dirigent sur le port de commerce, de pèche pour les chalutiers et Olonna pour la plaisance. Plus au nord toujours dans le quartier de la Chaume se situe le phare de l’Armendèche. Phare moderne, il ne fait pas parti des 170 phares français réparés, ou reconstruits, suite au passage désastreux de 1944. De nos jours ils portent d’autres noms et viennent d’autres contrés… Non celui-ci à été construit en 1968.

Phare de l'Armendèche

Phare de l’Armendèche

Phare de l'Armendèche

Phare de l’Armendèche

 

 

 

 

 

 

 

 

Allumage le 03 Août 1968 de ce beau bébé de 39 mètres de hauteur. Son architecte Mr Maurice Durand. Construit en une année seulement, rien de génial du moderne, un coffrage, des banches, du béton injecté et le tour est joué. Au final on se retrouve avec une tour tronconique à section hexagonale sur un soubassement de même section. Il parade à 42 mètres au-dessus de la mer.

Vue de la Mer

Vue de la Mer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est élancé sur l’Océan qui commence à grignoter son embase, dans 30 ans…Sa naissance est due à l’urbanisation galopante de la région, tout le monde veux son morceau de parpaing près ou, dans l’océan… Petit à petit le phare de La Chaume est cerné d’habitations en tous genres et celui-ci ne remplit plus son rôle. Il devenait urgent de construire un nouveau phare.

l'Armendèche et sa Verrue

l’Ardèche et sa Verrue

L'Armendèche et Les Barges en arrière plan

L’Armendèche et Les Barges en arrière plan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa portée est de 22,5 miles nautiques, équipé d’une optique de 650 Watts, feu à 3 éclats toutes les 15 secondes. Il a été automatisé directement à sa mise en service. Sa position est 46° 29′ 41″ N et 001° 48′ 30″ W. Pour se rendre au pied de ce phare, rentrer sur votre GPS « Corniche de la Nough » qui donne sur la route bleue. Pour les plus courageux un chemin piétonnier partant du port de La Chaume vous conduit en 15 minutes au pieds du phare. En arrivant vous pourrez admirer son confrère « Le Phare des Barges » 2 miles nautiques au large.

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article. A bientôt.

Soirée de Mars à l'Armendèche

Soirée de Mars à l’Armendèche

Au loin "Les Barges"

Au loin « Les Barges »

 

 

 

 

 

 

 

 

Il veille sur les Sables

Il veille sur les Sables

L’île du Pilier

L’île du Pilier. Cette fois-ci nous sortons du département 44 pour aller chez nos voisins vendéens près de Noirmoutier dans le département 85.Plus précisément au nord de cette île que beaucoup de touristes de passage connaissent, notamment son célèbre « Gois » chaussée de pierre datant du début 18ème siècle, il en est fait mention sur un document, pour la première fois en 1701. Long de 4,5 kilomètres cette voie est submersible, selon le coefficient de marée, la hauteur d’eau sur la voie varie de 1,20 à 4,5 mètres en marée haute. A ce propos chaque année des guignols se noient ou perdent leur véhicule pour le non respect des consigne de sécurité. Eh, oui ! Ne pas confondre instruction et intelligence, on ne peu pas tout avoir…La Mer ou la Montagne gagnent toujours…

Mais revenons à notre île du « Pilier » située au nord-ouest de l’île de Noirmoutier. Lorsque vous êtes sur le port de l’ Herbaudière, c’est simple elle est en face, à quelques miles nautiques, 3,7 exactement. Sa superficie est de 4 hectares.

Vue du Pilier de l'océan

Vue du Pilier de l’océan

Ile de Noirmoutier et l'île du Pilier

Ile de Noirmoutier et l’île du Pilier

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est une île accessible, à la condition bien sûr de respecter la faune et la flore présente. En revanche je n’y emmènerai pas d’enfant en bas âge, compte-tenu des occupants sur place. Oui ! Les oiseaux qui n’hésitent pas à vous attaquer si vous approchez trop près des nids de ceux-ci. En gros ne pas quitter la jetée d’accostage… Si vous connaissez le film d’Alfred Hitchcock « Les oiseaux », vous serez servis…Vous êtes prévenus.

Attention tu es chez moi !

Attention tu es chez moi !

Les gardiens de lîle

Les gardiens de lîle

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette île est occupée par un ancien fort renfermant un sémaphore inactivé et, deux phares pour le prix d’un.La position exacte de l’île pour les passionnés, 47°02’58 N et 002°21’60 West.

Revenons à nos phares au nombre de deux précisé plus haut. Le budget du balisage des côtes françaises est plus que mince au début du 19ème siècle. Les côtes sont quasiment éteintes, l’on entretien au minimum les phares ou tourelles à feux existantes. Tient cela me rappel quelque chose ! Même ça on l’a pas inventé…

La faute à qui, tout au moins en partie, à Napoléon qui guerroies dans toute l’Europe. Toujours la même chose, comme au CM2, cela qui aura la plus grosse, la plus longue, la plus claire et j’en passe….Pendant ce temps nos navires s’échouent ou s’éventrent sur nos côtes. Et ça c’est pas bon pour le commerce, des marins on en trouve dans tous les coins du monde mais, la marchandise elle qui traverse la planète à encore plus de valeur…

Le vieux fortin et sémaphore

Le vieux fortin qui protégeait la Vendée et le sémaphore

Les deux phares du Pilier vus de la mer

Les deux phares du Pilier vus de la mer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l’époque (1817) des personnages très connus tentent à tout prix de redresser la barre, l s’agit de François Arago grand physicien et directeur de l’observatoire de Paris, qui va nommé  Augustin Fresnel ingénieur ponts et chaussées responsable de l’éclairage de la capitale et de l’astronome Mathieu. Les plaintes s’accumulent sur leur bureau, dont celle de Sieur Pineau, négociant à Noirmoutier qui demande qu’un phare soit érigé sur l’île du Pilier. Ilot situé à l’embouchure de la Loire, qui s’étend sur six lieues et tant redouté par les navigateurs. Il ajoute comme argumentaire à propos de cet écueil  » cet îlot semble être élevé au-dessus de la mer pour servir de base à un phare dont la privation à coûté plus d’hommes qu’il n’en faut pour peupler une province ».

Sa requête sera entendu puisqu’en l’année 1823, Becquey directeur général des Ponts et Chaussées, lui répond qu’il va accéder à sa demande.

La première tour date de 1829

La première tour date de 1829

L'ancienne tour et le nouveau phare

L’ancienne tour 1829 et le nouveau phare 1877

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tour ronde d’une hauteur de 34,20 mètres, hauteur de la focale 29,50 mètres. Coût de travaux 52.000 francs or. Hauteur au-dessus de la mer 32 mètres. Feu blanc varié de 4′ en 4′.

Jusqu’au mitan du 19ème siècle combustible « l’huile de pierre » est peu utilisée, hormis pour le calfatage des coques de navires. Il faut attendre 1848 pour que Abraham Gesner parvienne à distiller ce goudron pâteux afin d’en extraire un produit inflammable « le Kérosène ». Seul problème en France, il n’y a pas de champ pétrolifères et les français recourent à un produit voisin, la distillation du schiste bitumeux. En 1858 plusieurs feux de ports en seront équipés, en attendant l’arrivée des premières huiles de pétrole venant des USA.

Ce produit miracle au regard du gaz (distillation du charbon), huile de colza et autres consœurs n’est pas sans inconvénients. D’abord les Trois principales qualités, le prix, la luminosité à prix égal et enfin des hauteurs de flammes moins importantes. Maintenant les soucis, combustion inégale, fort dégagement de fumée, trop légers et de ce fait facilement inflammables.

Autre gros souci, la très forte chaleur dégagée par la combustion de ce kérosène et donc des problèmes de maintient physique de la coupole en métal et assemblée au plomb. Celui-ci se liquéfie sous l’action de cette chaleur et met en danger le haut de l’édifice.

Le chemin du fort au phares et ses gardiens

Le chemin du fort au phares et ses gardiens

Le phare du Pilier en restauration Juin 2015

Le phare du Pilier en restauration Juin 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voulant améliorer la portée de l’optique du phare, une lampe à cinq mèches fut installée et allumée en 1871 dans la lanterne exiguë de la vielle tour. La chaleur intense empêcha les gardiens d’accéder à la coupole et celle-ci se dessoude constamment. Pour accueillir la nouvelle lampe il fut décidé de construire une nouvelle tour, plus élevée, plus large.

La cale d'accès à l'île du Pilier

La cale d’accès à l’île du Pilier

L'optique actuelle installée en 1877

L’optique actuelle installée en 1877

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce nouveau phare détient un record depuis 1877, celui de la construction la plus rapide de l’histoire des phares en France, 4 mois et demie. Oui !Vous lisez bien…Du 4 juin au 15 Octobre 1877.

Ses mensurations, our pyramidale de 30,20 mètres, hauteur au-dessus de la mer 34,20 mères, hauteur de la focale 27 mètres. Optique blanche fixe de 4′ en 4′, et optique de focale 0,70 m.

A noter aussi qu’en 1903, le 24 Septembre, un feu auxiliaire est ajouté sur le corps du phare à mi-hauteur de la tour, sur un balcon d’acier. Côté sud.Une cuve à mercure sera installée par stabiliser l’optique comme dans pas mal de phare de l’époque.

Il ne fut électrifié qu’en 1966 car, il a été déclassé entre temps et n’était plus un phare de première ordre, donc tombé dans l’oubli. Ce phare fut sauvé de la destruction par la dépose de son optique en juillet 1944, ce qui ne fut pas le cas de 180 de ses congénères. Petit rappel d’histoire, qui a son importance, la région appelée poche de Saint-Nazaire n’a été libéré par les alliés que le 11 mai 1945. Dernière région de France libérée.

Son automatisation en 1996.

Autre précision lors de l’activation radio de ce phare, qui fera l’objet d’un autre article, le hasard m’a fait rencontrer l’équipe de restauration des phares et balises. Il s’agit de Jean-Jacques et de son équipe de techniciens qui venait d’être déposé par le gros bateau du même service, pour le chantier. Je voulais les remercier pour leur gentillesse et accueil pendant leur pose méridienne. Ben Oui ! Ils n’ont pas de temps à perdre, ils bossent les gars. Leurs connaissances sur les phares sont précieuses et ils en parlent avec passion, pour des ouvrages souvent abandonnés par nos dirigeants politiques…

Je les salue pour le travail qu’ils réalisent. Le bateau les dépose le lundi matin et les reprend le vendredi et cela par tous les temps. No Comment…

Bateau des Phares et Balises

Bateau des Phares et Balises

Le Pilier un soir

Le Pilier un soir

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article. Pour les OMs désirant activer ce phare en radio, cliquez ici, 73 les gars et bon courage.