Basse Bertrand à un raccord près

Basse Bertrand à un raccord près,

La tourelle Basse Bertrand est située près de l’estuaire de la Vilaine, plein sud du département du Morbihan. Située en mer, cette tourelle faite de béton, peinturlurée de vert ne paie pas de mine. Couverte de moules sur une hauteur de près de trois mètres. Sa portée optique est de 9 miles nautiques et son optique verte recoupe en partie le secteur blanc du phare de Penlan.

Toujours la même démarche lors de mes futures activations de phares, la reconnaissance des lieux. Lorsque l’on prend la mer, pas d’erreur permise. Étude des hauteur de marées, force et sens du vent et bien sûr pour le fun, calcul de la « route surface » et « route fond ». Ce coup-ci, utilisation d’un kayak de mer

Pour ce faire je décide quand même d’emmener du matériel radio afin d’effectuer quelques éventuels contacts. Tant que faire ce peut, autant en profiter.Ce sera d’ailleurs une 12 AVQ de chez HyGain qui travaille sur 20,15, et 10 mètres.

L'objectif de ce jour

L’objectif de ce jour

Au loin, la pointe de PennLann

Au loin, la pointe de PennLann

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est parti,

La distance qui sépare le petit port de Billiers et la tourelle Basse Bertrand est courte, moins de deux miles nautiques. Le temps m’a piégé, la mer est très basse, pourtant je démarre deux heures avant la fin de celle-ci. L’avantage du kayak est quasiment la mise à l’eau n’importe où et qu’importe l’heure. En revanche il y a des limites malgré tout à ne pas franchir.

D’après mes calculs de marée, je suis en avance mais, première erreur le coefficient. Les conseils des professionnels et anciens est que, l’abordage de phares en mer se réalise en morte-eau. Ceci en lien avec le marnage de la marée et donc les montées ou descentes brutales des niveaux d’eau. Les plus importantes étant pour mémoire, la 3ème et 4ème heure. Cela se matérialise par une montée ou descente des eaux de trois ou quatre douzième.

Voila sa seigneurie

Voila sa seigneurie

Objectif en vue

Objectif en vue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fatalement, si le coefficient est faible, le marnage l’est aussi et les récifs découvrent moins. Mon douzième de marée n’étant que de 31 centimètres ce jour-là.

ça y est, j’y suis,

Il est 14h15, la basse mer est à 15h53 et les roches sont toujours couvertes. J’en profite pour prendre des clichés et tourner des vidéos. J’envisage de laisser tomber et éventuellement aller visiter la « Tourelle de Kervoyal » située un mile au Nord-ouest de là. Mais il n’y a de la chance que pour les canailles, et à 14h50 des têtes de roches se découvrent. Je décide d’accoster afin de visiter les lieux.

Allez c'est parti pour un tour

Allez c’est parti pour un tour

14h50 ça commence à pointer

14h50 ça commence à pointer

 

 

 

 

 

 

 

 

Je commence à prendre des clichés, j’installe où j’installe pas ? Il ne reste qu’une heure de descente des eaux, à savoir 32 centimètres seulement.

J’installe,

Ce serait dommage, et, je vais faire quoi ! C’est marée basse et je ne peux pas rentrer au port, hihihi. Premier problème, malgré ma massette (masse 1,5 kg) habituelle et mon pieu en acier, cela ne rentre pas sur le rocher, ou mal. finalement ça le fait, j’installe mon tube et l’antenne verticale 12 AVQ tribandes.

Basse Bertrand à un raccord près,

Basse Bertrand à un raccord près,

ça rend bien sur l'image...

ça rend bien sur l’image…

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me dépêche, il ne reste plus que 30′ avant la remonté des eaux. Tout est presque ….. installé. Il ne me reste plus que l’antenne à connecter sur le transceiver, mon fidèle FT857.

Le carnet de trafic papier et les crayons bois sont sortis, tout le monde est présent. Enfin presque…

J’ai raccordé le connecteur « PL » sur l’antenne, il reste plus qu’à poser celui du transceiver. Patatraque j’ai besoin d’une autre « PL » et je suis en présence d’une fiche « N ». Pas grave j’ai une boite fourretout de connecteurs au cas où. En revanche elle n’est pas là, afin de faire light, je l’ai laissée à la station.

Pas grave, j’ai le dipôle SotaBeam, ben oui, pas assez de place. C’est foutu, je ne peux même dans un moment de désespoir me jeter de la falaise. Je suis au ras de l’eau.

Trop court et risqué pour un dipôle

Trop court et risqué pour un dipôle

La tourelle, le kayak et le Guignol hihihi

La tourelle, le kayak et le Guignol hihihi

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est la vie, hihihi,

C’est un petit revers qui reste malgré tout anodin. La Radio n’est qu’un loisir et tant de choses sont plus graves que cela. En France le terme « échec » est banni de notre vocabulaire. Quand une personne vous évoque, un voyage, une sortie en mer, une compétition quelconque, jamais elle ne vous évoque ce terme. Et pourtant c’est formateur, je trouve. Même si j’ai une superbe explication, bah ! Je me suis planté. Je pensais surtout à mes Amis SWL, notamment Patrice F11579, dans l’Yonne derrière son poste à l’écoute du moindre signe.

Basse Bertrand à un raccord près,

Ce raccord inapproprié vient d’une étourderie basique. Sachant l’emplacement peut important en surface sur le rocher, je décide d’amener une antenne verticale. Elle me permettra de travailler sur le 20, 15 et 10m, sachant que son angle de départ est faible.

Exceptionnellement dans ma région, il a plu toute la semaine, ce qui est rare. Je devais accorder l’antenne prévue, donc protéger les appareils de mesures. Ayant placé l’antenne au centre de ma pelouse, je déroule 20 mètres de coaxiale afin de procéder aux réglages à l’abri.

La veille de l’expédition, je décide de ne prendre qu’une valise afin de transporter le matériel dans le kayak. Mes vingt mètres de câble sont bien trop long…Je la mets de côté et range une nouvelle de seulement 5 mètres de longueur. Le seul souci est, que celle-ci est équipée d’une prise « N » et d’une prise « PL ». Comme je désire gagner de la place et du poids, j’opte pour laisser la boite de raccords à la station.

Voilà c’est bon, il était dit que la radio serait pour un autre jour. La prochaine fois, j’aurai au moins deux raccords d’avance, mais j’oublierai autre chose. La thermos de café, le casse-croûte, mes bières ou bien le mât d’antenne.

Ce qui compte c’est de se faire plaisir et prendre du bon temps. C’est vraiment rien, j’entends souvent des quidams se morfondre sur le « mauvais temps » ou choses banales de la vie. C’est bien mieux que de regarder le paysage, de la chambre du CHU et d’écouter le tramway passant à intervalles réguliers. Surtout la nuit…

Par temps calme, le bonheur

Par temps calme, le bonheur

A la moule ! A la moule !

A la moule ! A la moule !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est fini,

Merci d’avoir parcouru ce petit article, à bientôt sur l’air.

Bien sûr cette tourelle est référencée pour l’activation des lighthouses. Elle porte la référence FRA 183. Elle est dans le locator IN87RM, identique au phare de Penlan situé en face, à moins d’un mile nautique.

Sa position est 47° 31.1′ Nord et 002° 30.72′ West. Elle se situe aussi dans une France Flora Fauna portant le numéro, FFF 2339, zone que j’ai activée sur le phare de Penlan.

Si le WX et l’état de la mer le permet, j’y retourne la semaine prochaine. 73/44

Tintin, Haddock et Milou à Saint-Nazaire

Print Friendly, PDF & Email